AccueilCASE STUDYGOOD AFTERNIGHT TOKYO !

Good afternight Tokyo !


Publié le 25/06/2019

Image actu

Votre propension à manger, à dormir, à réguler votre température corporelle sont perturbés ? Vos horloges internes, décalées. Vous êtes victime d’arythmie circadienne. Autrement dit vous êtes en décalage horaire. Laissez-vous aller. Le Jet Lag Social Club est là pour vous servir.

 

 

Comment communiquer pour Flying Blue, programme de fidélité d’Air France KLM, alors que gagner des miles vous permet de prendre l’avion, de réserver une nuit d’hôtel, de louer une voiture, (et plus encore), à vie pour peu que vous preniez un vol éligible une fois tous les deux ans ? Un défi intéressant et nouveau pour l’agence digitale Isobar (groupe Dentsu Aegis) qui s’est frottée aux problématiques des grands voyageurs, ceux qui effectuent des vols de 7 heures (et plus) en les enchainant.

 

 

Cessez de vous battre

 

C’est en examinant la data engrangée autour des vols long courrier, que l’une des équipes de Cécile Bitoun, et de Marc Badinand respectivement Directrice générale et Directeur de création ont découvert le point de friction, le grand sujet commun à ce million d’individus : le Jet Lag », dévoile Cécile Bitoun. Alors que cet « état » inhérent au décalage horaire met les voleurs de grands trajets, chaos, entre deux à trois jours… que ces derniers n’ont de cesse de vouloir lutter contre ce qu’ils perçoivent comme une maladie. Que chacun a sa recette pour combattre ce mal qui fait soit rire, soit pleurer, soit s’allonger sans pouvoir fermer l’œil, ou bien assister à des réunions dopés au Guronsan, « la bande d’Isobar s’est posé la question autrement, explique la jeune femme, « et si on ne combattait plus le Jet Lag, en se laissant porter par une application accompagnatrice? » .

 

 

Jouez !

 

Dont acte. Le Jet Lag Social Club, service qui se calque à votre état physiologique indéfinissable est né. Il s’agit d’une application gratuite qui se déclenche à la demande. L’idée ? Proposer au voyageur qui débarque en ville, cinq activités et expériences uniques qu’il peut faire sans pour autant connaître la ville. La première destination choisie pour tester Le Jet lag Social Club est Tokyo, ville mondiale du business par excellence. Les victimes du fameux up and down dû au décalage horaire peuvent ainsi rejoindre un groupe de runners pas loin de leur hôtel, jouer au baseball avec un coach qui les attend douze étages plus bas, ou bien tout bêtement aller prendre un verre dans l’endroit le plus hybride de la ville… L’outil permet aussi les conversations, et évidemment les rencontres. « Mais, insiste la DG, n'a pas fonction à être un guide, mais plutôt un compagnon qui tient compte de vos différents états en les respectant ».

 

 

Lost in Jet Lag

 

Pour lancer cette application qui sera enrichie d’autres destinations, Los Angeles, Rio, New-York en tête, Isobar a concocté un très joli spot d’une minute 30 à l’ambiance élégante et aux instants clairement cinglés dont la diffusion démarre ce jour. « L’idée était de jouer avec la perte de repères liée à cet état, grâce aux différentes scènes, décors, expressions, mouvements qui permettent de ressentir parfaitement ce que tout Jet Lagué éprouve »,  indique Marc Badinand. Lost in Translation ? Complétement. Le jeune réalisateur Esteban (Bandits) y est pour beaucoup, ainsi que la musique qui joue elle aussi parfaitement sa partie. En effet,  dans cette perte de repères pleine de grâce, la mélodie désynchronisée, vous envoie direct dans l’univers d'un Vladimir Cosma (Un éléphant ça trompe énormément), voire au cœur de Rochefort, chez les demoiselles de Jacques Demi et Michel Legrand. Bref, de quoi avoir le tournis.

 

 

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR