AccueilCASE STUDYÊTRE éCOLO, SACRé (BEAU) FARDEAU !

Être écolo, sacré (beau) fardeau !


Publié le 13/02/2020

Image actu

Coup de coeur de la rédaction. Loin d’une dynamique love story de Saint-Valentin martelée par toutes les marques en ce 14 février, c’est le discours de Leclerc qui nous charme. Dans une nouvelle prise de parole, BETC donne enfin un peu de reconnaissance à l’effort de la consommation responsable. Parce que soyons honnêtes, c’est fatiguant d’être écolo. 

 

A force de prévention, sensibilisation, conscientisation et tout le tintouin, le paysage consumériste renouvelle peu à peu ses petites habitudes. Là où le plastique et le gaspillage rythmaient jusqu’il y a peu la vie de tout bon citoyen qui se respecte, les règles ont changé. Les codes et les comportements acceptables sont désormais revisités au travers du prisme d’une urgence écologique indéniable. 

 

 

Nouvelle espèce humaine en développement 

 

Résultat, le consommateur est désormais « consomm’a(c)teur-citoyen », il utilise pour ses courses des sacs en tissus éthiques et recyclés, achète bio quitte à vider son PEL, passe au scanner de Yuka chaque produit pour en vérifier la composition, dispose de 3 poubelles différentes, achète les produits secs à la verse, fait sa propre lessive et privilégie les produits locaux et de saison. Huile de palme, emballages intempestifs et super-promo douteuses à la poubelle. 

 

 

 

 

Coucou les galères

 

Si ça parait simple, c’est pourtant bien un enfer qui s’organise. Une charge mentale supplémentaire, qui bien que nécessaire, ne reçoit aucune applause. Alors pour en parler, affirmer son engagement dans cette transition, et encourager ses consommateurs dans leur démarche, le distributeur les mets à l’honneur. Bye bye les campagnes produits habituelles, BETC, nouvelle agence en charge de la communication du groupe prend un virage stratégique et touche en plein dans le mille de ce qu’il nous fallait : de l’humain, de l’humour, et de l’encouragement.  

 

Pour ce faire, un spot d’une minute réalisé par Ivan Grbovic (Wanda) qui donne un regard aussi déculpabilisant qu’attendrissant sur tous les changements et efforts que nous menons au quotidien. TV, digital, cinéma, l’agence voit gros et prévoit aussi saga de formats courts sur les réseaux  sociaux proposant des tutoriels de DYI pour couronner le tout. Bien pensé, bien ficelé. 

 

 


Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI

Abonnez-vous à la revue


RECHERCHER PAR