AccueilCASE STUDYUNE APPLI EN LANGUES éTRANGèRES POUR PARLER AUSSI DIVERSITé ET UNIVERSALITé

Une appli en langues étrangères pour parler aussi diversité et universalité


Publié le 09/04/2018

Image actu

 

Expatrié, voyageur ou touriste quand on ne maîtrise pas la langue locale, on a vraiment l’impression de venir d’une autre planète. Stressant, frustrant et excluant mais rien qui ne puisse se régler grâce à une appli polyglotte. Même les Aliens y arrivent.

 

Créer une campagne démo produit basique n’exclue absolument pas la créativité publicitaire. Démonstration faite par Wieden+Kennedy Londres pour Babbel, une appli d’apprentissage de langues. L’agence prenant au pied de la lettre l’inconfort du voyageur coupé de tout en raison de son ignorance de la langue du pays où il séjourne, l’a mis en situation très terre à terre sous la forme d’un extra-terrestre. Une perte de repères que beaucoup ne manquent pas de ressentir et de vivre quand ils débarquent en « terre inconnue », et un personnage hors sol terrestre permettant ainsi à n’importe quel quidam expatrié de s’identifier immédiatement et d’éprouver de l’empathie.

 

Difficile en effet de se faire comprendre quand on ne maîtrise pas la langue qu’il s’agisse de l’anglais ou du turc... Alors Alexi, puisque tel est son prénom -en plus de sa tête bizarre intergalactique et de ses 342 ans, et malgré sa bonne volonté pour communiquer- est donc confronté à tout un tas de tranches de vie entre exclusion et gêne : allant de l’incapacité à trouver son chemin à l’impossibilité de s’acheter un donuts en passant par le mauvais emploi d’un mot ou d’une prononciation. Faisant ainsi de la simple participation à une conversation dans un café, un calvaire… Avec cette nouvelle prise de parole, Babbel n’insiste pas seulement sur son statut d’expert conversationnel mais aborde aussi le thème de la différence et de l’égalité des chances. « Babbel est une société qui valorise avant tout la diversité », détaille Sophy Woltman, Directrice de clientèle chez Wieden+Kennedy London « il fallait donc que cette campagne s’inscrive dans une vision universelle. Quoi de mieux pour illustrer ce sentiment d’être un étranger, qu’en utilisant un extraterrestre venu d’un autre monde ? ».

 

 

CQFD avec une vidéo digitale et deux spots TV

 

Répliquant les situations frustrantes et inconfortables avec autant de finesse que de drôlerie, la vidéo de 2 minutes dédiée aux réseaux sociaux et à la Toile et les 2 spots TV de 30 secondes, déploient le côté ludique des outils d’enseignement capables de dédramatiser les blocages qui, à l’inverse, vont aider Alexi à se débrouiller, à se faire des amis et pourquoi pas tenter une blagounette -preuve ultime d’une bonne intégration…

 

Destinée à tous les marchés de la marque, cette démo file bien la métaphore de l’universalité, comme le confirme Sylvain Lierre, Directeur Marketing chez Babbel : « Cela n’a pas été une tâche facile que de trouver une source d’identification universelle à mettre en avant dans cette campagne. Nous souhaitions que tout le monde puisse s’identifier à Alexi. Utiliser un personnage extraterrestre nous permet d’exploiter ce sentiment universel d’isolement que tout le monde a déjà ressenti - quel que soit son pays d’origine ou son histoire personnelle - lors d’un voyage à l’étranger ». Mais sans être gnangnan et plaçant habilement les atouts de simplicité et facilité, la campagne -en 2 formats pour toucher une large cible- balaye les réticences et donne envie de s’y mettre. Histoire de vérifier par soi-même si « my taylor is -toujours- rich »… en anglais, bien sûr, et aussi en espagnol, en russe, en portugais, en allemand, en italien et en fançais pour tous les autres...

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR