AccueilAUDACESTORYTELLING : UN OBJET POUR FAIRE REVIVRE 40 ANS D'HISTOIRE DE RENAULT

Storytelling : un objet pour faire revivre 40 ans d'histoire de Renault


Publié le 20/07/2017

Image actu

Pour célébrer son jubilé, Renault transforme son surnom donné par ses concurrents, en Formule 1, en un superbe objet de design : une théière jaune. Comme quoi l’art du storytelling réussi se niche dans les détails même peu flatteurs au départ.

 

A moins d’être férus de F1, les moins de 20 ans et même les moins de 40 ans ont peu de chance de savoir ce qu’est réellement « The Yellow Teapot ». C’est pourtant avec ce surnom donné dès ses débuts en 1977 d’abord ironiquement puis affectueusement par ses concurrents (comme Ken Tyrell de l’écurie éponyme) que Renault, avec l’aide de son agence Publicis Conseil, a décidé de célébrer son 40ème anniversaire dans cette discipline, sacrée reine du sport automobile. En créant cette fois non pas un nouveau bolide mais bel et bien une vraie théière jaune tournant à son avantage son sobriquet au départ peu flatteur tout en le prenant au pied de la lettre. Un très bel objet qui reprend tous les codes esthétiques des Formule 1 Renault. Puisque les stylistes, en termes de design, de graphisme et de couleurs se sont inspirés du passé et du présent de la marque depuis la RSO1 jusqu’à la nouvelle RS17, allant jusqu’à utiliser la peinture officielle de la plus récente. Editée seulement à 40 exemplaires, elle sera disponible en septembre prochain à l’Atelier Renault ou sur l’e-shop , et équipera les cuisines de son restaurant sur les Champs Elysées.

 

Un objet usuel, bien concret mais aussi profilé que décalé qui donne l’occasion au constructeur automobile français de rappeler avec le sourire qu’il figure parmi les marques historiques de la F1. Et surtout d’emmener ses fans dans son épopée via une vidéo réalisée par Jean-Paul Frenay (Production : Prodigious). Diffusée sur sa plateforme digitale, elle met à l’a honneur Jean-Pierre Jabouille, ingénieur et pilote qui lui donna sa 1ère victoire en 1979 et qui raconte cette anecdote.

 

 

Un sobriquet historique

 

La décision de Renault d’entrer dans le monde très exclusif de la Formule 1 est prise en 1975 et sera effective dès 1977 avec une première voiture dénommée RS01. Pour les dirigeants de l’époque, l’entrée en Formule 1 était liée à l’introduction d’avancées technologiques en matière de motorisation. Après des mois d’études et de réflexions, le choix d’un moteur turbocompressé, ce qui n’avait jamais été réalisé en Formule 1, est apparu comme répondant à la volonté et l’ambition de Renault. C’est donc en 1977, lors du Grand Prix de Silverstone que Renault se positionne sur la grille avec première Formule 1 à moteur turbo de l’histoire􀍘 Quelques années plus tard, le turbo sera utilisé par les autres écuries et aujourd’hui encore, les Formule 1 modernes sont équipées de cette technologie. Comme cela était prévisible et comme c’est toujours le cas avec l’introduction de technologies nouvelles voire révolutionnaires, les difficultés techniques et donc les problèmes de fiabilité sont apparues entrainant des abandons Arborant les couleurs de la marque, le jaune dominant, le noir et le blanc, la RS01 rentrait donc fréquemment dans la voie stands en dégageant une fumée blanche synonyme de problème moteur.

 

Ken Tyrrell, patron de l’écurie éponyme, voyant la voiture fumante passer devant son garage lâcha ce surnom de « Yellow Teapot » (la théière jaune) pour plaisanter. L’expression fût reprise par les membres de son écurie, puis par les autres écuries lors des Grands Prix suivants. La RS01 fut alors surnommée The Yellow Teapot. Renault gagnera sa première victoire en Formule 1 seulement 2 ans plus tard, lors du Grand Prix de France à Dijon en 1979, avec la RS01. Cette victoire de Jean-Pierre Jabouille, ingénieur et pilote de la RS01 reste un exploit et une prouesse en terme de rapidité à gagner. Ce succès et les suivants valident le concept du Turbo en Formule 1 et imposent le respect des écuries britanniques, au premier rang desquelles la moqueuse écurie Tyrell. Avec au palmarès : 11 championnats pilote, 12 championnats constructeur, 170 victoires grâce à 24 pilotes et 481 podiums... La suite, pour les champions à venir, reste à courir sur les circuits…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR