AccueilAUDACESOS, MA COM(MUNE) A BESOIN D’AIDE

SOS, ma com(mune) a besoin d’aide


Publié le 16/11/2018

Image actu

Focus sur l’usage de la communication par les collectivités locales à travers deux objets d’études : une campagne qui met en lumière l’action des communes auprès des citoyens et un baromètre qui décrypte les sentiments de ces derniers envers cette « communication locale », à savoir son usage pratiqué et son intérêt perçu. 

 

 

Quelles prises de paroles favoriser pour émerger de la surcommunication ambiante ? Voila une problématique qui hante les nuits des dircoms aux quatre coins du globe, qu’ils soient aux services d’un annonceur, d’une institution, d’une start-up… ou d’une collectivité locale. Ces dernières ne sont en effet pas les mieux loties, les communes en première ligne, considérant les faibles budgets qu’elles peuvent généralement allouer à la tâche. 

 

Pour valoriser et soutenir leur rôle irremplaçable, piliers de la République décentralisée, l’AMF -l'Association des Maires de France et des présidents d’intercommunalité- a dévoilé sa nouvelle campagne. Réalisée par l’Agence Verte, elle a été conçue en deux temps pour répondre à autant d’enjeux : interpeller l’opinion public sur le risque de disparition des communes, mais aussi inciter les citoyens à les soutenir. Make my commune great again

 

 

 

 

Premier temps 

 

Pour sensibiliser les citoyens sur cette problématique, malheureusement ignorée, une campagne de mobilisation sera déployée au Congrès des maires et des présidents d’intercommunalité de France, les 19, 20, 21 et 22 novembre prochains, via la presse, l’affichage et les réseaux sociaux jusqu’à fin 2018. Elle sera construite autour d’une série de 17 thématiques mettant en évidence les actions menées, les services offerts au quotidien par la commune et leur impact sur la vie des citoyens, avec une signature collective, qui précise le rôle déterminant des élus. En bref, une approche volontaire et argumentée autour d’un # fédérant élus et citoyens : #MaCommuneJyTiens

 

 

 

 

Deuxième temps 

 

Enfin, pour les inciter à taper du poing, une campagne d’adhésion sera déclinée dans les communes et sur les réseaux sociaux de janvier à juin 2019. Une approche en mode saga pour décliner les messages selon les thématiques, les cibles et les canaux de diffusion -affichage, print et web. Chaque affiche est composée d'un verbe à l’infinitif et d'une signature évoquant l'engagement des élus et personnels communaux. Avec en point d’orgue le même #. La production photo a été réalisée en collaboration avec Gilles Coulon, photographe du Collectif Tendance Floue, et est entièrement basée sur le vécu et le quotidien de vrais citoyens

 

 

Communiquer pour survivre, la fatalité des collectivités locales

 

Une campagne claire et cohérente et qui démontre bien toute la difficulté des collectivités locales pour rendre compte de leurs actions auprès de l’opinion publique. Le 3 octobre dernier, les résultats de la 5ème édition du Baromètre Epiceum-Harris Interactive de la communication locale 2018, en partenariat avec La Poste Solutions Business et Cap’Com, mettaient déjà cette problématique en lumière. Voici ses principaux enseignements.

 

 

 

 

La communication publique locale attendue sur le terrain des services

 

Les Français sont 57 % à estimer que l’information locale leur permet un meilleur usage des services publics. La valeur d’usage de certains supports de communication progresse, c’est le cas du site internet : les Français attendent en priorité des plateformes des collectivités de pouvoir faire des démarches administratives en ligne.

 

 

Accompagner les parcours citoyens en mobilisant les bons supports au bon moment

 

Si le magazine des collectivités reste le support le plus utilisé pour s’informer au plan local par tous les types de publics, le baromètre montre clairement l’émergence du « multicanal ». Les différents supports -site internet, réseaux sociaux, affichage, etc.- remplissent aujourd’hui des fonctions distinctes et se complètent. Aux collectivités de diffuser chaque support au bon moment pour accompagner les différentes situations de la vie quotidienne de leurs habitants.

 


Un besoin de pédagogie sur l’identité des Régions

 

Un chiffre illustre les efforts à mener pour installer l’identité des régions : 54 % des Français ne peuvent pas donner spontanément le nom administratif de leur région. Un résultat à prendre en considération car en ne travaillant pas leur notroriété, elles gomment leur raison d'être et laissent penser qu'elles ne sont pas utiles ou ne font que rajouter au millefeuille administratif. En revanche, l’audience des intercommunalités progresse : 48 % des Français estiment qu’elles leur donnent une information utile. Sans surprise les communes restent les émetteurs préférés des Français pour s’informer au plan local.

 

 

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR