AccueilAUDACEROSSY DE PALMA ET SON #JEANPOD, EN ODEUR DE QUINTESSENCE

Rossy de Palma et son #Jeanpod, en odeur de quintessence


Publié le 06/07/2018

Image actu

Quand un assistant vocal personnel et un parfum font cause commune pour servir leur maîtresse/star aussi cabotine qu’attachante, leur concubinage est loin, très loin de celui de la carpe et du lapin. Normal, on est au 21ème siècle.

 


Il est des secteurs où à part quelques (très) rares exceptions, les prises de parole sont tellement convenues qu’on n’est même plus déçus par la nouvelle copie qui nous est servie mais simplement résignés voire indifférents face à aussi peu de cran et d’inventivité. Tel est le cas avec les parfums que ce soit pour hommes ou pour femmes. Certes, tout est très soigné et très beau mais rien ne subjugue.

 

Alors quand Coucou #JEANPOD, pour les fragrances de Jean Paul Gaultier, débaroule sur nos écrans numériques, on est scotchés, on s’enflamme en boucle et on partage. On se dit même que la publicité est une discipline qui peut valoir de l’or. Et nous ne sommes pas les seul.e.s si l’on en juge l’engouement sur les réseaux sociaux de la marque et du créateur avec des dizaines de milliers de vue et des centaines de conversations. Il faut dire que tout y est dans cette campagne sans tabous et haute en couleurs, en mise en scène et en interprétation. Faite d’une dizaine de saynètes, elle est interprétée par Rossy de Palma et donc JEANPOD, son assistant vocal personnel -un Gemini Cricket au design très chic mais très, très spécial et pas du tout sage dans ses bons conseils puisque joué par un Jean Paul Gaultier très facétieux. Dédramatisant allègrement tout ce que cette technologie, alliant robot et IA, peut incarner. La rendant même encore plus connivente.

 

 

Une dizaine de saynètes sans tabous ni poncifs

 

Ainsi, sous couvert de parfum, de maquillage, de mode, de luxe, de volupté, d’élégance et d’émotion, ce tandem très inspiré bat en brèche tous les poncifs pour nous livrer une réflexion tous azimuts sur l’état de notre société et nos propres idées reçues. Allant de la technologie et de ses nouvelles habitudes parfois positives (progrès) parfois ridicules (selfies, intrusion des objets connectés, data, bugs, respect de la vie privée) jusqu’aux questions du genre, des pseudos canons de beauté, de l’âge ou encore des relations amoureuses, qui ne devraient plus en être, en passant par nos références à l’enfance qui nous habitent et resurgissent toute notre vie (contes de fée comme La belle au Bois Dormant et Les Habits du Roi) ou à des icônes comme Marylin Monroe qui affirmait qu’une goute de N°5 de Chanel suffisait à l’habiller pour la nuit.

 

Critiquant aussi sans ambages, dans telle vidéo, la vélocité des consommateurs à se conformer aux avis des autres (même inconnus) émis sur les réseaux sociaux au risque de s’oublier et d’ignorer ceux des vrais amis IRL. Evoquant plus loin avec autant de lucidité, dans cet autre spot, la relation client si ténue à maintenir via l’héroïne qui, furieuse de la remarque de son mentor, fracasse son flacon de parfum. Se gaussant enfin, dans l’un des autres films, de l’excentricité des stylistes de haute couture ou autres créateurs, lorsque la même cliente, conquise à l’extrême, sort fièrement vêtue du plus simple appareil mais… parfumée. N’épargnant ainsi pas le cabotinage dont peut faire preuve une star.

 

 

A l'écriture et à la réalisation : Raphaël Cioffi et Ludovic Zuili

 

Le propos est moderne, riche, impertinent, drôle, fin, émouvant et il se regarde sans fin. Pas étonnant car ce petit bijoux à la quintessence aussi sulfureuse que (ré)jouissive a été écrit par Raphaël Cioffi -auteur pour l’inénarrable duo Catherine et Liliane de Canal +- et co réalisé avec Ludovic Zuili. Pour sûr, en mettant avec autant de brio la marque au parfum de son époque et de ses nouvelles technologies et coutumes, Coucou #JEANPOD, pourrait bien être l'expression de l'été voire plus et, bien sûr, nous faire encore plus aimer les jolis matelots.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR