AccueilAUDACEPOUR TAPER DANS LE MILLE, RIEN NE VAUT LE MARKETING INDIVIDUALISé

Pour taper dans le mille, rien ne vaut le marketing individualisé


Publié le 03/12/2018

Image actu

Spécialiste français du marketing individualisé omnicanal pour les enseignes du retail et de l’automobile, Advalo a doublé de taille en un an. Les marques commencent enfin à prendre conscience des avantages de telles plateformes.


 

Il n’y a pas que l’argent dans la vie et encore trop d’entreprises ont tendance à l’oublier aujourd’hui. Pour répondre à la chute inéxorable de leur clientèle, à l’essor du low cost et à la concurrence acharnée des plateformes de vente en ligne, les marques ont toujours le réflexe de proposer des rabais. Mais au lieu de parler uniquement à leur portefeuille, elles devraient plutôt chercher à mieux répondre aux besoins réels de leurs clients potentiels. Les nouvelles technologies permettent aujourd’hui de mieux analyser les attentes des consommateurs et de leur diffuser des messages ciblés au meilleur moment possible et sur le support le plus adapté. Le marketing individualisé a pourtant encore du mal à percer en France même si de plus en plus d’entreprises commencent à comprendre les avantages de ce service. Mieux vaut tard que jamais…

 

Les marques ont trop longtemps privilégié la quantité au dépens de la qualité. « Face à la baisse de leur trafic, les entreprises ont réagi en multipliant les promotions », se souvient David Le Douarin, cofondateur d’Advalo, spécialiste français du marketing individualisé omnicanal pour les enseignes du retail et de l’automobile « De nombreuses sociétés continuent d’envoyer trois à quatre mails par jour à leurs prospects pour leur proposer des offres tarifaires. La conséquence de cette pratique est que les consommateurs n’achètent plus rien si la réduction n’atteint pas au moins 30%. Les marques, du coup, n’arrivent plus à dégager un cash-flow positif ».

 

 

Viser bien et juste

 

Offrir des rabais peut également être une arme à double tranchant qui peut énerver les particuliers. Pourquoi proposer à un automobiliste une remise de 15% sur le modèle qu’il a acquis il y a tout juste six mois ? Il n’y a aucune chance que cette personne achète la même voiture après un aussi court laps de temps. L’inviter à une journée porte ouverte un an après la livraison de son véhicule est également inutile quand on sait qu’un Français change de voiture en moyenne tous les cinq ans. Et ne proposez pas une promotion à un client qui sort tout juste de votre magasin si vous ne souhaitez pas qu’il ait l’impression d’avoir payé trop cher ses articles. « L’objectif du marketing individualisé est de permettre aux marques de prendre la parole lorsque les consommateurs sont vraiment à l’écoute », détaille David Le Douarin « Notre but est d’aider les entreprises à se caler avec le temps de leurs clients ». En amour comme en business, tout est question de timing…

 

 

Le retail plus réceptif que l’automobile

 

Pour définir la meilleure fenêtre de tir possible, Advalo consolide les données récoltées grâce aux cartes de fidélité des enseignes afin de les corréler avec les datas de trafic sur internet qui sont puisées chez les particuliers qui acceptent les cookies lorsqu’ils se rendent sur un site.

 

« Ces informations nous permettent de savoir si une personne cherche ce jour-là à acheter une cravate, une chemise ou un pantalon afin de lui proposer les offres qui correspondent le mieux à ses attentes », ajoute David Le Douarin qui a notamment travaillé chez Yahoo  « Dans le retail, les professionnels comprennent bien notre démarche car ils connaissent l’importance de la réactivité dans leur secteur et le vent du boulet passe tellement près de leurs oreilles qu’ils ont conscience de la nécessité de modifier leurs méthodes de travail. La situation est plus compliquée chez les concessionnaires automobiles car ils ont toujours eu l’habitude de se reposer sur les constructeurs pour gérer leur marketing et la plupart ne savent même pas se servir d’un tableur sur Excel. Dans l’automobile, nous ne travaillons donc pour l’instant qu’avec les groupes qui possèdent au moins quarante concessions ».

 

 

Pass French Tech

 

Le modèle mis en place par cette plateforme, qui bénéficie pour la seconde année consécutive du Pass French Tech, est assez simple. Ses clients, parmi lesquels figurent plus d’une quarantaine d’enseignes de la distribution spécialisée comme But, Cyrillus, Cache-Cache, Devred, Degrenne ainsi que des marques et des distributeurs automobiles tels Seat, Skoda et Jean Rouyer Automobiles, payent un abonnement mensuel dont le montant dépend du nombre de contacts gérés par le spécialiste du marketing individualisé. Si son co-fondateur est très secret concernant les tarifs de ses services, il précise que ses clients enregistrent généralement une hausse de 3% à 4% de leur chiffre d’affaires après un an d’utilisation de sa plateforme. Mais le meilleur reste encore à venir d’après lui.

 

« Durant l’année passée, nous avons doublé le nombre de nos clients ainsi que nous effectifs qui comprennent aujourd’hui une quarantaine de salariés sur nos sites parisiens et rennais », se réjouit David Le Douarin « Les 5 millions d’euros que nous avons levé l’an dernier nous ont permis d’accélérer notre croissance. Tout évolue dans le bon sens… ». Demain le marketing sera individualisé ou ne sera pas…

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR