AccueilAUDACEL'APPLICATION DE RENCONTRE « FRIENDING » DéZINGUE SES CONCURRENTS

L'application de rencontre « friending » dézingue ses concurrents


Publié le 19/06/2017

Image actu

Oubliez les applications de rencontres traditionnelles parfois trop grivoises. Place à celles qui vous permettent de partager des passions telle la campagne Ricochet, signée GloryParis, qui marie suggestion érotique et ironie subversive dans une vidéo qui vaut franchement le détour !

 

Tinder, Happn, Once… On retrouve sur les plateformes de téléchargement mobile pléthores d’applications dédiées à la rencontre amoureuse. Parfois même un peu borderline comme certaines dédiées aux personnes recherchant une relation extra conjugale. Mais en marge de ce secteur saturé, se trouve celui de l’amitié. C’est de là qu’est née, Ricochet, une application de « friending » fondée par Christophe Campuzan.

 

Son but : que les gens se découvrent par le prisme d’une passion commune plutôt que par celui de la luxure. Par exemple, se rencontrer en visitant un musée, en faisant une balade ou du sport. Car comme l’explique son fondateur : « malgré tous les outils de communication qui existent, notre société connaît aujourd’hui une véritable crise du lien social ». Pour faire parler de Ricochet, disponible depuis septembre 2016 sur les plateformes mobiles, la start-up a fait appel à l’agence GloryParis pour une campagne qui ne manque pas d'audace !

 

 

La puissance de l’ironie

 

Dans une vidéo d’un peu plus d’1 minute, deux hommes et deux femmes se rencontrent dans un établissement de bowling. D’emblée, on croit qu’il s’agit d’une publicité pour un site de rencontres traditionnel : chaque « couple » se mange du regard, prend des positions tant sexuelles que suggestives, tout en jouant à ce qu’il leur sert de prétexte : le bowling. L’agence jouant d’ailleurs sur les codes du digital en dissimulant les scènes érotiques par des emojis, histoire d’anticiper la censure. Mais il s’avère que toute la mise en scène est en réalité une supercherie pour dénoncer l’hypocrisie et la superficialité des applications de « dating » concurrentes.

 

Ce retournement de situation est renforcé par une ton corrosif principalement incarnée dans la voix de la narratrice. Cette dernière emprunte un accent anglais et une voix de roman de gare aussi amusante que surprenante. Son propos romantique contraste nettement avec la trivialité des scènes érotiques. C’est là que l’ironie se dévoile et que la disqualification des concurrents s’enclenche avec une interrogation « Pourquoi tous les sites de rencontres sont-ils basés sur le sexe et la luxure ? ». Une question pertinente à l’ère de la sexualisation de notre société. Néanmoins, rappelons qu’il existe déjà de nombreuses applications pour nouer du lien social : Hey!Vina, Smeeters, Skout...

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR