AccueilTENDANCESECOSIA, L’ALTERNATIVE VERTE à GOOGLE ?

Ecosia, l’alternative verte à Google ?


Publié le 09/09/2013

Image actu

 

 

Ecosia, lancé en 2009 à Berlin, est un moteur de recherche qui reverse 80% de ses revenus publicitaires pour la protection de la forêt tropicale. Et déjà, cette start-up dirigée par Christian Kroll et animée par 5 permanents et 10 bénévoles, a séduit 200 000 utilisateurs actifs pour 20 millions de recherches mensuelles. Soit 1,286 millions d’euros rassemblés au profit de WWF, qui l’a suivie dès ses débuts…. Résultat : 15 828 arbres plantés au Brésil. Un modèle entrepreneurial social qui fait la différence face à des Google, Yahoo, Mozilla, Opera et autres MSM, Ask… car à part quelques gestes philanthropiques, les bénéfices sociaux et environnementaux de ces derniers sont minimes.

 

Son ambition est de semer 1 million d’arbres dans l’année à venir, d’où une rentrée 2013 marquée par des innovations. Avec un navigateur en français et plus seulement en anglais et en allemand, des résultats de recherche encore améliorés (via Bing et Yahoo), un nouveau design et un logo relifté. Objectifs : un temps de chargement raccourci et un développement des revenus déjà amorcé, grâce à une audience élargie. « Nos revenus mensuels sont désormais passés à environ 60 000 euros », confirme C. Kroll dans la présentation du ce moteur de recherche engagé.

 

Autre nouveauté: une nouvelle association avec The Nature Conservancy, une organisation de protection de l’environnement qui va l’accompagner dans le programme « Plant a billion trees »

 

 

 

Au-delà de l’intention, son fonctionnement et son contenu se réclament bien évidemment d’un état d’esprit écolo mais bien concret. Chaque utilisateur peut évaluer le nombre d’arbres qu’il a contribué à semer (sachant qu’une recherche protège 2m2 de forêt), et consulter l’attestation mensuelle des dons reçus. Des infos vertes sont intégrées dans chacune des recherches, comme des astuces pour un shopping dédié au développement durable. D’ailleurs, Ecosia a créé en 2011 EcoLinks, un website de shopping écologique qui contribue largement au CA.

 

Enfin, alimenté par l’électricité verte, Ecosia respecte aussi le principe de neutralité carbone, et l’ensemble des données liées à une recherche est supprimé sous 48 heures. « Nous neutralisons la totalité des émissions CO2 générées par les recherches sur notre site », témoigne C. Kroll « les émissions de nos propres serveurs et bureaux sont compensées, mais aussi celles de l’appareil utilisé pour se connecter ». Alors plus aucune raison pour chaque éco citoyen qui sommeille en tout internaute de ne pas changer la page d’accueil de son navigateur et de cliquer « vert ».

 

Florence Berthier

Rubrique réalisée en partenariat avec Uniteam

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI

Abonnez-vous à la revue


RECHERCHER PAR