AccueilTENDANCESLA CAPSULE DEVIENDRA GRANDE

La capsule deviendra grande


Publié le 05/05/2014

Image actu

 

Et si la capsule était l'objet publicitaire de demain ? Très pratiques grâce à leur petit format et entièrement personnalisables, les capsules se craquent avec seulement trois doigts. Véritable « ambassadeur de marque », la capsule est déclinable pour de nombreux secteurs : cosmétique, pharmacie, alimentaire… et propose une expérience unique en son genre. Ainsi, il est possible de déguster du Cognac ou encore de se nettoyer les mains avec un gel antiseptique. Alors que l'entreprise Minos Capsule a reçu le prix du « Meilleur objet publicitaire » au salon Heavent Paris, ses fondateurs ne comptent pas s'arrêter en si bon chemin.

 

Bouygues Telecom, Thales, la Croix-Rouge… nombreuses sont les entreprises et les institutions à avoir opté pour Minos Capsule. Elevé au rang de gadget, ce petit objet permet de mettre son secteur d'activité en avant. Présente en France, en Suisse et en Bulgarie, l’entreprise espère conquérir un marché encore plus grand : « Nous souhaitons nous implanter de manière significative en Russie et dans les pays de l’Est. D’ici la fin de l’année, nous avons pour objectif de doubler notre clientèle. », confie Sevag Djidjirian, cofondateur du projet. Il y a quelques semaines, INfluencia présentait la BleamCard (carte de visite en réalité augmentée) via son opération de crowndfunding. Minos Capsule utilise également la technologie de la startup toulousaine pour créer une expérience toujours plus immersive. Dès lors, la petite capsule peut contenir beaucoup d’informations dynamiques et permet aux marques de qualifier leurs audiences. Présentation produit, recommandations sur les réseaux sociaux, achats sur smartphone, coupons de promotion, instant gagnant sont autant d’exemples d’applications marketing à travers le bleam.

 

Approché par des chaînes de restauration rapide et des grands groupes de l’aéronautique, nul doute que Minos Capsule devrait surfer la tendance du produit mono dose pour s’attaquer au grand public.

 

La rédaction

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentez




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR