Distance


Publié le 09/12/2009

 

 

Une Tiguan, noire et élégante, puissante et racée, passe par là, tel un animal noble. Les singes la confondraient-ils avec un des leurs ? Toujours est-il qu'ils grimpent sur la carrosserie contraignant le véhicule à s'arrêter avant de monter à son bord. En route pour la jungle ! signifie l'un d'eux au conducteur désormais chauffeur.

Et les voilà partis pour très loin. Curieusement, l'homme ne montre aucune résistance. L'appel du lointain est irrésistible... A bord du véhicule, l'atmosphère se détend. La complicité s'installe. Et plus la ville s'éloigne, plus la part d'animalité de chacun reprend ses droits. Les singes retrouvent leurs habitudes joueuses, le contenu de l'attaché-case, posé sur la banquette arrière, vole par la fenêtre, les bananes font leur apparition... Pas de doute, la jungle se rapproche.

 

1200 kilomètres plus tard (avec un seul plein !), voici venu le temps des séparations. Séquence émotion. Les singes regagnent leur nature pendant que leur chauffeur esquisse un signe d'adieu. Snif. Mais, est-ce parce qu'il est fatigué par le voyage, parce qu'il a enlevé sa cravate ou parce qu'il est moins bien rasé, il semble soudain, lui aussi, un peu plus sauvage qu'au début du voyage...

 

Patrice Duchemin

 

 

 

 

 


 


Commentez


Abonnez-vous à la revue


RECHERCHER PAR