AccueilL'OBSERVATOIRE INFLUENCIAL'ERE QUANTIQUE : WEBITé, INSTANTANéITé, UBIQUITé.

L'Ere Quantique : Webité, Instantanéité, Ubiquité.


Publié le 31/03/2010

 

 

Développement de réseaux sociaux multiples (net or not), information (traitée ou non) permanente et inter activée, « hyperchoix » pour « microcibles », etc... Nous assistons actuellement à l'avènement d'une « Ere Quantique », en opposition à la précédente « Ere industrielle » ou « Ere de Masse », dans laquelle les « forces faibles »  prennent le pas sur les « forces fortes ».  Il n'est qu'à regarder le fonctionnement réel de nos sociétés pour comprendre que ces fameuses forces faibles sont à l'œuvre et qu'elles dessinent progressivement ce nouveau paysage de la civilisation humaine.

 

C'est le principe du «Pouvoir Intersticiel ».

 

Le choc entre ou contre les blocs a montré ses limites. Les individus et les « organismes » sociétaux divers, s'adaptent ou se sont adaptés à de nouvelles pratiques face aux « Pouvoirs » et aux  « Forces Fortes ». Pour faire éclater les blocs, on se glisse dans les failles du système, les « interstices », et on y exerce, chacun à son échelle, les micros pressions qui finiront par les désintégrer. La question n'est pas de savoir si l'Ordre existant est préférable à sa contestation ou si la Morale est une réalité universelle, mais de constater que la masse Brownienne et Quantique des individus et de leurs comportements s'infiltre dans tout espace permettant de redéfinir de manière vivable pour l'espèce cet ordre et cette morale.

 

Le rêve, cher à certains présidents, ministres et autres tenants de ce supposé Ordre Moral, d'une économie « 100 % blanche » ou d'une société « zéro défaut - zéro tolérance - zéro risque» est irréaliste et qui plus est dangereux. On sait bien que le zéro défaut ne peut s'approcher (et encore) que par la superposition de normes, règles et contrôles qui abolissent l'utilité même, voire la faisabilité, de ce à quoi ils s'appliquent. On sait bien ce qui se passe lorsqu'une mécanique est conçue ou montée sans tolérance : elle explose. On sait bien que le risque zéro, c'est le mouvement zéro, c'est à dire la nécrose et la mort.

 

Face à ces dangers, la réaction normale des particules qui forment cette civilisation humaine, et qui échangent elles aussi non seulement de l'énergie mais surtout de l'information, est de se défendre. Par des réseaux subtils, multiples, par « ruissellement ».  C'est là que se trouvent les nouveaux pouvoirs.

 

On se détourne des grandes organisations monolithiques, des dogmes et des enrôlements collectifs au profit de stratégies personnelles ou interpersonnelles, de coordinations, de réseaux, de cooptations, de mutualisations, de « vigilances citoyennes », de « gouvernances », etc. Pour qu'une loi (qui n'est qu'un produit) soit respectée, il faut avant tout qu'elle soit respectable, c'est à dire jugée comme telle par ceux qui vont l'utiliser. Sinon elle est contournée, détournée et rongée. Bref, le doute dans les théories et les appareils économiques et politiques classiques engendre la reconstruction d'une confiance basée sur « l'action individuelle additionnée » : s'il y a un levier, je le saisis, et si chacun saisit son levier, « nous soulèverons le monde ». Mais, dans le sens que Nous (communautés, cooptations, publics, « peuple »)  souhaitons, pas dans celui qu'On (autorités, systèmes, appareils, églises, etc.) souhaite nous imposer.

 

Alors,  Forces Faibles Invincibles... ?

 

 

 

  Yves Deschamps - Consultant - OpéraRéseau

yves.deschamps11@orange.fr

 

Commentez




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR