AccueilMEDIAL'ARBRE DE NOé DE GAZ DE FRANCE

L'Arbre de Noé de Gaz de France


Publié le 21/06/2009

 

 

Le 25 juin prochain, un arbre métallique conçu par Jean Charles De Castelbajac et recouvert de tubes fluos colorés va surgir place du Palais Royal à Paris. Le but de l'opération orchestrée par Buzzman : inciter les usagers à passer de la facture papier à la facture électronique. Plus les gens opteront pour cette dernière, plus l'arbre aura de feuilles.

 


Bon, vous n'allez pas au festival de la publicité à Cannes cette année ? Alors tant mieux, parce qu'à la place, nous vous proposons de faire une belle action ! Bien sûr vous avez voté Vert aux élections européennes, et regardé Home. Mais à part rouler en Vélib, faire le tri des ordures, et ne plus acheter de bouteilles en plastique, vous trouvez que vous n'en faites pas assez ? Et vous cherchez à faire un geste concret pour l'environnement. Certes vous avez essayé de faire pousser du basilic sur votre balcon, mais en vain.

Alors voici une solution alternative, et toute simple : inscrivez-vous à la facture électronique Gaz de France DolceVita.
Pas très bouleversant, allez-vous dire ! Et bien si, justement !

Pour que cette action soit encore plus visible, l'agence Buzzman a imaginé un joli projet avec la complicité de Jean-Charles de Castelbajac. En effet, à chaque nouvelle inscription on-line, une feuille de papier recyclé poussera sur un arbre de métal et de lumière de 7 mètres de haut inventé par l'artiste, illuminé de tubes fluorescents et alimenté en électricité certifiée 100% hydraulique! Plus vous serez nombreux et plus « L'arbre de Noé » aura de feuilles. Les internautes peuvent déjà se rendre sur le site, pour en apprendre plus sur le projet et passer au zéro papier. Ils pourront également suivre l'évolution de l'arbre digital, véritable réplique virtuelle de l'œuvre du créateur.


L'arbre, devenu oeuvre d'art(bre), sera exposé place du Palais Royal à Paris, du 25 juin au 5 juillet, et à la fin de l'opération, sera vendu aux enchères au bénéfice de l'UNICEF.

 

Isabelle Musnik

 


Commentez




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR