AccueilEDITOET LA PALME DE L’ENFUMAGE VA à …

Et la palme de l’enfumage va à …


Publié le 24/01/2018

« Notre bonne résolution de nouvelle année :  nous essayons d’abandonner la cigarette ». Non, il ne s’agit pas de votre meilleur ami qui vous annonce le 1er janvier pour la cent cinquantième fois qu’il va renoncer à son vice préféré. Mais du premier cigarettier à capitaux privés au monde, Philip Morris qui s’est offert des pages entières de pub dans dans un certain nombre de quotidiens britanniques en ce début d’année.

 

« Philip Morris est connu pour ses cigarettes. Chaque année, beaucoup de fumeurs arrêtent de fumer. C’est à notre tour, maintenant. Notre ambition consiste à cesser de vendre des cigarettes au Royaume-Uni. Cela ne va pas être facile. Mais nous sommes déterminés à faire de notre ambition une réalité. Il y a 7,6 millions de fumeurs adultes au Royaume-Uni. La meilleure décision qu’ils peuvent prendre est d’arrêter de fumer ». Touchant, n’est ce pas ? On en pleurerait presque.

 

Que l’on se rassure, il ne s’agit pas d’un remords tardif ou d’une crise soudaine de philanthropie d’une marque qui brusquement voudrait se sentir responsable.  Philip Morris, comme ses concurrents n’a guère le choix. Partout dans le monde, le tabac est mis en cause. Alors le géant reconnait, toujours dans ces fameuses pages de pub : « Beaucoup vont y arriver [à arrêter]. Mais beaucoup vont continuer de fumer. C’est pourquoi nous voulons remplacer la cigarette par d’autres produits, la cigarette électronique ou le tabac chauffé, qui représentent un meilleur choix pour les millions d’hommes et de femmes, au Royaume-Uni, qui néanmoins ne voudraient pas arrêter de fumer... Nous avons lancé des nouveaux produits dans beaucoup de pays, et des millions de fumeurs adultes ont abandonné la cigarette en choisissant de meilleures options ».

 

De meilleures options ? Bon sang, mais c'est bien sûr : remplacer les cigarettes traditionnelles par des alternatives plus modernes, comme les e-cigarettes et les produits basés sur le chauffage du tabac. Des produits dans lesquels la société américaine a, comme par hasard,  justement investi. Un bel enfumage en somme...

Commentez




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR