AccueilEDITOLA FOURMI N’EST PAS PARTAGEUSE, L’INTERNAUTE NON PLUS...

La fourmi n’est pas partageuse, l’internaute non plus...


Publié le 28/06/2017

Sécurité, respect et transparence : voila les 3 mots les plus cités par les Français dans une récente étude "données personnelles et confiance" réalisée par la Chaire Valeurs et Politiques des Informations Personnelles de l’IMT et Médiamétrie, pour caractériser la notion de confiance.

 

Si les notions de sécurité et transparence ne sont pas une surprise, l'idée de respect est beaucoup plus intéressante en revanche, indiquant l’aspiration des internautes à voir leur vie privée respectée sans qu’ils doivent consacrer des efforts croissants à sa défense et sans qu’il s’agisse de la simple exécution d’une relation contractuelle. "Respectez-moi naturellement et spontanément" : le message est très clair, et les marques devraient l’entendre.

 

Car cette confiance, tant primordiale pour le Vivre ensemble dans une société où le numérique est roi, nos concitoyens n’en éprouvent pas beaucoup ! L’étude révèle, entre autres, que 61% des internautes refusent de partager leur géolocalisation, 35% d’entre eux ont déjà renoncé à l’achat ou ont changé de moyen de paiement pour ne pas laisser de traces sur Internet. Un comportement très intéressant au moment où Snap Map, la nouvelle fonctionnalité lancée par Snapchat permettant de se géolocaliser en direct et de consulter l’emplacement de ses amis sur une carte, suscite les inquiétudes de nombreuses associations.

 

Dans le contexte du projet de révision de la directive « e-privacy » sur la collecte et l'exploitation des données personnelles, qui sera voté cet automne à Bruxelles, tout reste encore à faire pour que cette nouvelle économie numérique ne conduise à un sentiment de rejet dans la société contemporaine. À méditer avant qu’il ne soit trop tard.

Commentez




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR