AccueilEDITOÊTRE SOI-MêME, UN CRIME ?

Être soi-même, un crime ?


Publié le 16/05/2018

Un beau jour que ce 17 mai. D’abord, le 17 mai 2005 avec la naissance de la première « journée internationale contre l'homophobie, la biphobie et la transphobie », date qui coïncidait notamment avec le 15ème anniversaire de la disparition de l'homosexualité… de la liste des maladies mentales de l'Organisation mondiale de la santé. Puis en France, le 17 mai 2013 avec l’adoption de la loi Taubira qui légalisait le mariage pour tous.

 


Pourtant, les combats sont encore loin d’être gagnés. Même si la condition des personnes LGBT tend à s’améliorer dans le monde, dans de nombreux pays, il est encore dangereux d’afficher ses couleurs. 72 états criminalisent les relations entre personnes de même sexe. 8 les punissent par la peine de mort. En France, le rapport de l'association SOS Homophobie dévoilé mardi, constate une hausse des actes homophobes en 2017, pour la deuxième année consécutive.

 

 

Alors en ce jour doublement anniversaire, j’ai un rêve. Bien que des associations courageuses se mobilisent réguièrement, il est temps que tous les communiquants et leurs organisations professionnelles -qui savent pourtant bien prendre la parole collectivement pour des causes pro domo- se réveillent et qu’ensemble ils lancent une grande campagne nationale contre l’homophobie. Dans la rue, dans la presse, à la télévision, à la radio, sur Internet, auprès des influenceurs. Ils ont les moyens, les réseaux et les talents pour agir. Pour que plus personne ne soit agressé pour ses préférences sexuelles. Être soi-même ne devrait jamais être un crime.

 

Commentez





Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR