AccueilDATA ET CRéATIVITéUNIQLO VEUT RéVEILLER LES CONSOMMATEURS

Uniqlo veut réveiller les consommateurs


Publié le 09/09/2012

Image actu

 

Avec l’arrivée des smartphones dans notre vie quotidienne, notre réveil se digitalise et les applications pour adoucir la souffrance se multiplient. Depuis un an, l’innovation digitale entre en scène et nous pond de vraies nouveautés, technologiques, ludiques et pratiques.

 

Un an après le lancement de Winter Wake Up par l’agence belge Boondoggle, le Japonais Uniqlo a sorti en mai son application Wake Up, elle aussi gratuite. Là où les créatifs du Plat pays proposaient une appli qui pendant la nuit collectait les informations météorologiques pour décider ou non de vous réveiller plus tôt en cas de neige ou de grosse pluie, la marque nippone elle, propose une personnalisation assez unique.

 

En fonction du temps, de l’heure et du jour de la semaine, Wake Up sert une musique différente aux esgourdes encore ensuquées. Fini le réveil inapproprié, mal venu ou trop brusque : en variant les plaisirs musicaux au gré des facteurs temporels et climatiques, l’application du nouveau roi japonais de la mode sort du lot. Elle permet même d’entendre le temps et l’heure en chanson accompagnée d’une voix langoureuse. Le fond visuel change également tous les jours, et a le mérite d’être esthétiquement joli à tous les coups. Bien évidemment, il est possible de partager toutes ses données sur les réseaux sociaux.

 

 

 

 

En confiant la compositions des morceaux à Cornelius, nominé aux 51e Grammy Awards, et la star Yoko Kanno, connue entre autres pour ses musiques de jeux vidéo, Uniqlo assure la réussite de son application.

 

Disponible sur App Store et Google Play, Wake Up confirme que le réveil constitue un marché pour la créativité digitale, là où jusque-là très peu d’applications se mettaient en évidence pour leur originalité. Une autre preuve ? En mai dernier, INfluencia s’intéressait à Early Bird, un projet d’application de deux étudiants suédois finalement (et malheureusement) refusée par Starbucks. En proposant de récompenser les courageux qui ne se rendormaient pas d’une réduction sur le premier café du matin, Early Bird, même enterrée, confirme que désormais nos réveils pourraient carrément relever de l’agréable ou du profitable.

 

Benjamin Adler


Rubrique réalisée en partenariat avec ETO

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR