AccueilDATA ET CRéATIVITéF# : QUAND LA MUSIQUE RENFORCE LES MARQUES

F# : quand la musique renforce les marques


Publié le 24/10/2013

Image actu

 

 

Avec l'évolution des rapports entre artistes et marques, les chanteurs ont de plus en plus un rôle de prescripteur auprès des fans. La startup F# - prononcez F-Dièse – a bien cerné cette nouvelle donne. Fondée depuis un an et basée à New-York, elle permet aux marketeurs de créer sur la Toile leurs propres stations de radio brandées. Dans la prochaine Revue digitale INfluencia sur la culture, Oxmo Puccino évoque avec pertinence cette évolution. Sollicité par Nike en 2011 pour un spot sur l’équipe de France de football, le rappeur se faisait le porte voix de deux univers très proches. Les réseaux sociaux et les sites de streaming peer-to-peer comme Spotify et Deezer sont passés par là, modifiant le contrat de mariage publicitaire entre musique et annonceurs.

 

En proposant depuis quelques jours son nouveau produit publicitaire, la startup de 50 employés fondée par Dan Merritts et Pete Jimison offre à la musique un nouveau pouvoir d’attraction auprès des marques. Les marketeurs peuvent brander leurs propres chaînes de radio pour ensuite les placer dans des bannières de pub sur des sites Web ou des réseaux sociaux comme Facebook. De plus, chaque marque peut profiter de F# pour s’associer avec des artistes et des labels et sponsoriser des playlists de nouveaux morceaux. « Ce que nous avons construit depuis un an nous permet de savoir avec quoi les consommateurs aiment interagir, quelles marques veulent en faire partie et ce que les plateformes musicales et sociales doivent faire pour monétiser leurs expériences par le branding », commente Dan Merritts dans Business Insider.

 

 

Un win-win potentiel

 

Créateur d’expériences musicales pour marques, F# les aide à créer des stations populaires comme celles qui cartonnent sur Pandora. Le but ? Amener ces chaînes de radio jusqu’aux esgourdes des consommateurs grâce à des unités publicitaires que les auditeurs peuvent partager avec leurs amis. Dans sa campagne pour l’émission The Carrie Diaries, qui se passe dans les années 1980, l’application a combiné ses propres informations sur les tendances des utilisateurs avec les metadata des chansons fournies par des partenaires comme Rovi ou Moodagent. Au final, la jonction donne une application Spotify qui analyse les playlists modernes des utilisateurs, mais prédit également quel genre de musique ils auraient aimé il y a trente ans. Brillant !

 

Pour Mike McGuire, analyste IT chez la société de conseil Gartner, les produits proposés par F# sont tout aussi intéressants pour les artistes et les maisons de disque. Ils leur procurent des données précieuses sur ce qu’écoutent les consommateurs en fonction des régions, chaque artiste étant enclin à programmer plus de concerts dans une zone géographique où sa musique est plus populaire. « Je pense qu’on va voir les marques devenir créatives dans leur interaction avec les gens. Si les artistes en retirent des bénéfices financiers sans avoir le sentiment que leur intégrité a été spoliée, alors c’est du win-win », poursuit McGuire. Pour juger de la véracité du propos, laissons le temps au temps comme disait Cervantes.

 

Benjamin Adler / @BenjaminAdlerLA
Rubrique réalisée en partenariat avec ETO

 

 

One's agit8 ou comment revendiquer en musique !

 

Votez pour votre son dans le March Music Madness de Gold's Gym  


Commentez




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR