AccueilAUDACELE QR-CODE PLUS FORT QU'ALERTE-ENLèVEMENT?

Le QR-Code plus fort qu'Alerte-enlèvement?


Publié le 12/04/2012

Image actu

 

INfluencia évoquait récemment l’après QR Code en traitant le scanner à reconnaissance visuelle de Toshiba. La technologie n’a pas encore, pour l’instant, dépassé les frontières du Japon. Mais en devenant un outil pour rechercher des personnes disparues, le QR Code revêt désormais des apparats sociaux qui lui confèrent une nouvelle utilité: les traditionnelles affiches placardées dans la rue ou les magasins, et trop souvent ignorées,peuvent désormais rester en permanence dans les sacs et les poches des gens.

 

Lui même à la recherche de ses deux enfants, enlevés en Pologne par leur mère en 2009, le Canadien Stephen Smith a eu l’idée de détourner l’utilisation initiale de QR Codes conçus par Toshiba pour tracer les pièces détachables des voitures. Il venait de constater l’inefficacité des affiches en papier à la caisse d’un supermarché Walmart.

 

Concrètement, si votre smartphone dispose d’une application gratuite de lecture, il vous sera possible en quelques secondes d’avoir accès à la fiche et aux photos de la personne disparue dont vous avez scannée le QR Code sur l’affiche. Une fois dans votre téléphone, les informations pratiques nécessaires pour appeler la ligne d’urgence de Child Quest International sont constamment avec vous: en deux ou trois manipulations, vous pouvez aider à retrouver quelqu’un, le plus souvent un enfant ou un adolescent.

 

Après Facebook et Twitter, la technologie dépasse le cadre des médias sociaux pour mettre un nouvel outil à disposition d’une cause qui le mérite. Depuis la campagne (ratée) aux Etats-Unis des photos d’enfants acollées sur les bouteilles de lait en carton, dans les années 80, les moyens technologiques mis à disposition des associations et organisations d’aide à la recherche ont permis de faire passer en 30 ans le taux des retrouvailles à 98%.

 

L’an passé, la sociétéI Save My Life proposait sur abonnement des QR Codes autocollants pour assister plus rapidement des enfants blessés ou disparus. Gratuit ou payant, le concept est en tout cas à disposition du citoyen. Seul obstacle pour sa démocratisation souhaitée, «il nécessite un travail d’éducation en amont sur le pan de la population qui n’a aucune idée de ce qu’est un QR Code» , affirme sur le site siliconvalley.com un responsable de Child Quest. Les médias traditionnels doivent pour ça épauler leurs homologues sociaux, encore trop éloignés de certaines catégories de population.

 

Benjamin Adler

 


 


Commentez




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR