AccueilAUDACEPéCHé AVOUé EST à MOITIé PARDONNé...

Péché avoué est à moitié pardonné...


Publié le 16/09/2009


 

Alors que la mode pour les marques comme pour les politiques est de demander pardon (cf influencia 26 mai 2009), un distributeur américain de produits de sports a trouvé encore mieux...


Cloudveil Mountain Works vend du matériel de ski, d'escalade ou de pêche à des fans de ces sports. Seulement quand on a une passion, on y consacre tout son temps et du coup on sacrifie ses proches et on laisse tomber les obligations de la vie quotidienne, promener son toutou, aller déjeuner chez ses beaux parents, assister à la réunion de 17h organisée par son patron...


Deux solutions : se battre la coulpe (« pardon, je ne le referai plus »), ou présenter ses excuses de manière humoristique. Cloudveil et son agence TDA Advertising and Design ont voulu aider les consommateurs dans ce choix cornélien.


L'idée : proposer aux consommateurs d'acheter des « produits excuse » sur une section dédiée de son site. Ceux-ci peuvent commander au choix et selon les occasions : pour les maniaques de ski, un bouquet de fleurs entouré d'un ruban « je le pense vraiment... La neige fraîche m'a fait manquer le déjeuner avec tes parents » ; pour les alpinistes, 5 ou 6 gros nonos pour Médor, enveloppés d'un beau ruban marron « pardon, je suis allé faire de l'escalade au lieu de t'emmener faire ta promenade »...

Résultat : pas de rentrées commerciales dues à la vente des goodies (les recettes vont directement aux fabricants), mais une campagne de pub humoristique en affichage et sur Internet, un coup marketing et une opération d'image rondement menés.

Mais quand Décathlon, Go Sport, ou Intersport en feront-ils autant ? Nous, on a hâte...

 

 

Isabelle Musnik



 

 

 

 


 


Commentez




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR