AccueilINNOVATIONSLES VOITURES AUTONOMES N’ONT PLUS PEUR DU BLIZZARD CANADIEN

Les voitures autonomes n’ont plus peur du blizzard canadien


Publié le 12/03/2020

Image actu

Des chercheurs ont mis au point une base de données qui va « former » les algorithmes des automobiles autonomes à conduire en plein hiver. Rassurant?

 

 

Vous aimez être le seul maître à bord dans votre automobile? Vous appréciez de piloter votre voiture « à l’ancienne », une main sur le volant et une autre sur le levier de vitesse? Vous avez l’habitude de débrancher toutes les aides à la conduite comme l’anti-patinage et les contrôles de freinage ou de trajectoire avant de démarrer votre moteur? L’article qui suit risque de vous inquiéter voire même de vous effrayer. Des chercheurs ont mis au point un algorithme qui permettra aux véhicules autonomes de conduire même en pleine tempête durant les hivers glacés.

 

 

Cinq différentes catégories

 

Les constructeurs automobiles ne ménagent pas leur temps ni leurs deniers pour mettre au point des véhicules capables de rouler seuls. La législation a défini cinq différentes catégories dans ce domaine. Le niveau 1 regroupe les voitures, les utilitaires et les camions qui sont équipés de systèmes d’aide à la conduite basiques tels que le détecteur d’angle mort ou le régulateur de vitesse. Quand un véhicule est capable de faire un créneau tout seul, il est de niveau 2. Et si le conducteur peut lâcher le volant dans certaines situations, on parle de niveau 3. Au niveau 4, la supervision de l’automobiliste n’est plus obligatoire même s’il doit pouvoir reprendre le volant dès que la voiture le demande. Au niveau 5, l’autonomie est totale. Ces deux dernières catégories sont toujours au stade du développement mais il ne fait plus aucun doute que des véhicules pourront très prochainement nous amener d’un point A à un point B sans que nous ayons à intervenir.

 

 

Repérer des piétons en pleine tempête de neige

 

Les conditions météorologiques peuvent avoir un impact énorme sur la conduite autonome des automobiles. La neige peut recouvrir les capteurs placés sur la carrosserie et le brouillard rendre « aveugle » les caméras tout autour du véhicule. Des chercheurs des Universités de Toronto et de Waterloo ont mis au point avec le pôle d’investissement spécialisé dans l’intégration de l’intelligence artificielle (AI) pour les chaînes d’approvisionnement Scale AI,  un fichier de données (« dataset ») qui va aider les voitures autonomes à circuler plus facilement en hiver. Ces datas vont ainsi « former » les algorithmes des automobiles à repérer des piétons en pleine tempête de neige ou à ne pas quitter la route quand le brouillard givrant empêche de voir à plus de cinq mètres de distance. Ou comment l’informatique va aider l’électronique à prendre en main votre sécurité durant vos transports routiers… Rassuré?

 

 

L’Autonomoose a fait le travail

 

Ce programme, baptisé « The Canadian Adverse Driving Conditions dataset », se base sur des études et des images qui ont été prises sur les routes canadiennes en plein hiver lorsque la glace et la neige recouvrent le bitume. « Les données constituent un goulot d'étranglement critique dans la recherche actuelle sur l'apprentissage machine, expliquait à Springwise, Alexandr Wang, le fondateur et PDG de Scale AI. Sans données fiables et de haute qualité qui rendent compte de la réalité de la conduite en hiver, il ne sera tout simplement pas possible de construire des systèmes de conduite autonomes qui fonctionnent en toute sécurité dans ces environnements ».

 

 

 

Les données pour cette étude ont été collectées par « Autonomoose » (« l’auto-élan »), un hybride Lincoln MKZ équipé de huit caméras embarquées, d'un détecteur de lumière et d'un tracker GPS. Cette berline est capable de capturer des données à une cadence de dix images ou balayages par seconde. Au cours des deux derniers hivers, les chercheurs ont conduit l'Autonomoose pendant plus de 1000 kilomètres en Ontario, afin d’enregistrer des millions de datas. Leur base de données est aujourd’hui au point. Parcourir les routes du Québec en février en voiture autonome sera bientôt possible. Et si on restait plutôt dans notre cabane au Canada à boire un verre de vin chaud?

Commentez


Abonnez-vous à la revue


RECHERCHER PAR