AccueilINNOVATIONSGEOZILLA, LA PLATEFORME DE SURVEILLANCE POUR FAMILLE FLIPPéE

GeoZilla, la plateforme de surveillance pour famille flippée


Publié le 11/05/2017

Image actu

Ne pas avoir de nouvelles de ses enfants, perdre la trace de son chat, égarer son portable… C’est à ces problèmes du quotidien que la plateforme américaine, Geozilla, répond en mêlant intelligence artificielle et géolocalisation. L’objectif : assurer aux familles une sérénité à toute épreuve… quitte à basculer dans le panoptisme le plus terrifiant

 

A bien des égards, la plateforme GeoZilla assure la sécurité de notre famille et de nos objets. Accessible depuis son application sur smartphone, elle permet de connecter différents appareils électroniques pour en connaître la localisation et celle de leur propriétaire. Adieu la sempiternelle chasse aux clefs de voiture perdues, la recherche inquiète de son animal de compagnie ou la peur bleue de ne pas voir ses enfants rentrer à la maison.

 

Pour rester en connexion avec ses proches, l’application passe par l’intermédiaire du smartphone ou de la smartwatch pour géolocaliser la personne concernée, à condition de l’avoir activée. La plateforme peut aussi servir de moniteur familial de santé (mesure de l’activité physique par exemple) ou de système de sécurité domestique (qui entre et quitte le domicile). Pour ce qui est des animaux et des objets du quotidien, GeoZilla propose TrackR, un appareil miniaturisé bluetooth et attachable qui sonne lorsqu’on l’active. S’il fonctionne à merveille sur les objets, on peut en revanche douter de son efficacité lorsque l’animal s’éloigne du champ d’action de la connexion sans fil.

 

L’application permet également d’insérer des mémos qui apparaitront à l’écran de tous les appareils connectés, faisant de la plateforme un outil de communication efficace. On peut d’ailleurs consulter l’état de batterie des autres appareils et envoyer des alertes d’urgence en cas de danger. Disponible aux Etats Unis et dans une grande partie du monde (en 10 langues), la plateforme compte 500 000 membres actifs et se finance grâce à sa version premium de 4.99$ par mois.

 

 

Un dispositif à l’image du panoptisme moderne

 

Concept né de Jeremy Bentham à la fin du XVIIIème siècle puis repris par Michel Foucault dans « Surveiller et Punir », le panoptisme se définit aujourd’hui comme une doctrine d’organisation sociale destinée à surveiller les individus. Or, le dispositif de GeoZilla, indépendamment des avantages qu’il procure, est en lui-même hautement panoptique. En effet, permettre aux parents de surveiller les moindres faits et gestes de leur progéniture à distance, c’est appliquer un système de surveillance normatif à des relations interpersonnelles. La confiance est troquée contre la filature. La preuve : on peut connaître l’état de batterie des appareils connectés, histoire que l’argument du « plus de batterie » ne vienne plus justifier une déconnexion de la plateforme.

 

Si Geozilla est un moyen efficace d’assurer la sécurité de ses proches, notamment autour du kidnapping, elle est aussi une un dispositif de surveillance dont l’usage peut être rapidement détourné. On imagine aisément des parents un poil paranoïaques abuser de la géolocalisation pour surveiller au millimètre le parcours de leurs enfants… Son utilisation doit donc impliquer une moralisation de la pratique du « tracking ». En attendant, l’entreprise américaine donne du grain à moudre à Charlie Brooker, le réalisateur de la série d’anticipation Black Mirror.






Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR