AccueilTENDANCESUN BLUES D’éTé MIS EN SCèNE PAR UNE éCOLE DE DESIGN

Un blues d’été mis en scène par une école de design


Publié le 04/07/2019

Image actu

L’artiste Tété a fait appel aux talents des jeunes étudiants de l’ECV Paris en Mastère2 Animation pour la réalisation du clip 3D de son titre « Summertime Blues », extrait de son dernier album « Fauthentique ».

 

 

Les écoles ECV sont au top. À force de relayer 90% de leurs actualités, on pourrait penser que le message est passé, mais ça ne fait jamais de mal de se répéter pour la bonne cause : en termes de communication et de partenariats à forte valeur ajoutée, il y a les Creatives School & Community -leurs petits sobriquets anglophones-, et puis les autres. Que l’on parle de la participation des étudiants du campus Bordeaux à la grande campagne de concertation citoyenne #BM2050, ou bien du hackaton dédié aux étudiants de l’ECV Paris organisé en partenariat avec la fondation GoodPlanet de Yann Arthus Bertrand, le réseau « d’Écoles de Design, d'Animation et de Digital » semble omniprésent. À l’heure où le bon parfum des merguez grillées embaume nos jardins, il ne manquerait plus qu’une « petite chanson cool » pour compléter le tableau.

 

 

Animer pour mieux régner

 

À l’occasion d’un challenge organisé par l’ECV Paris en septembre dernier, 23 étudiants en Mastère Animation ont eu l’opportunité de présenter leurs travaux de recherche et projet de réalisation du clip « Summertime Blues » de Tété en présence de BMG France et du Studio CUBE. Ils ont eu carte blanche pour laisser libre cours à leur imagination, seules contraintes : respecter la sensibilité de l’artiste, le sens des paroles pour se coller au plus près des émotions et des messages de cette chanson en alliant technologie et innovation.

 

L’équipe de 5 étudiants composée de Jean Baptiste Eustache, Vincent Fellemann, Amaranthe Leroux, Mehdi Saoud, et Laura Servin, a su séduire les membres du jury composé notamment de l’artiste et de ses équipes, avec leur proposition originale et leur vision novatrice de la scénographie de ce clip 3D. Pendant près de 10 mois ils ont été encadrés par la pédagogie de l’ECV, avec le concours du Studio CUBE, et ont dû relever de nombreux défis créatifs et techniques en passant du développement visuel, de l’écriture, du design, de la narration à la modélisation età l’animation, ainsi que les effets spéciaux.

 

 

 

 

Ce type de réalisation ambitieuse a permis également aux étudiants d’être en mesure de maîtriser les fondamentaux de la production. Validé par Tété et BMG France, ce clip sera très prochainement émis sur les chaînes musicales françaises, représentant une extraordinaire consécration et reconnaissance du travail réalisé . Il a également été dévoilé lors de la présentation des travaux de fin d’études de l’ECV dans le cadre de l’obtention de leur diplôme de concepteurs – réalisateurs 2D/3D leur offrant ainsi la possibilité de prouver leurs aptitudes et les compétences acquises tout au long de leur cursus en animation. En effet, au-delà de ce projet, l’ECV a pour vocation et objectif de préparer et de former ses étudiants aux diverses techniques artistiques afin de les accompagner au mieux vers la voie de la professionnalisation.

 

 

Pas d’esbroufe 

 

Ce n’est pas la première fois que l’ECV Paris collabore artistiquement avec un musicien reconnu. En novembre 2015, nous vous parlions déjà d’un partenariat entre la fine fleur de la guitare française, j’ai nommé Matthieu Chedid, et les élèves du campus bordelais. M leur avait laissé carte blanche pour produire du contenu audiovisuel dédié à son nouveau site internet Labo-M. Une collaboration saine et constructive qui avait vu l’artiste se déclarer « bluffé par cette nouvelle génération ». Jolie critique. Des bonnes idées de partenariat, donc, mais qui ne sont pas là juste pour faire joli. L’intérêt étant qu’elles aient de réels impacts sur l’immersion professionnelle : en 2017, l’ECV a été classée « 1ère école pour l’embauche de ses étudiants » par le magazine l’Etudiant, selon un sondage effectué auprès de 700 professionnels. Que la relève soit rassurée : le digital n’est pas prêt de perdre sa fabrique de talents…

 

 


Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR