AccueilPAROLE DE RéSISTANCELES VISAGES RéSISTANTS DE DENIS FéLIX

Les visages résistants de Denis Félix


Publié le 17/04/2020

Image actu

 

Denis Félix a failli devenir médecin, en quittant à la cinquième année ce chemin "tout" tracé, il revient à la photographie sa passion de toujours. Aujourd'hui il nous emmène sur Instagram où chaque jour il publie ces visages amis, ces regards tellement là pour le plus grand plaisirs de ses followers... Merci l'artiste.

 

Denis Félix a un parcours atypique. Après cinq années de médecine, il se lance dans la photographie en 1985, à vingt-cinq ans. Pour ses recherches personnelles depuis 1993, son propos est de mettre en lumière le temps de la tradition et du passé qui s’expriment sur les hommes, les spécificités du matériel choisi par Denis Félix, la chambre grand format, créent un lien particulier entre les sujets et le photographe. Il ne réalise qu’un seul et unique cliché par personne photographiée, avec la volonté de partager un instant ultime unique particulièrement intense.

 

 

La chambre grand format

 

En 1994, il part pour le Mali en pays Sénoufo, puis en 1995 à la frontière guinéenne en pays mandingue, à la rencontre d’hommes vivants dans la pure culture traditionnelle. Les spécificités du matériel choisi par Denis Félix, la chambre grand format, créent un lien particulier entre les sujets et le photographe. Le Maroc en 1995, l’ile Maurice et Saint Martin les années suivantes, permettront à Denis Félix de partir « à la quête d’une liberté dont le regard est dépositaire ». En 1998, Hermès lui commande une première exposition intitulée « Les plis de la vie », étude sur le lien qui existe entre les plis sur les écorces d’arbres et les visages. Puis viendra « Hermès dans les étoiles », voyage au cœur même des regards. Denis Félix toujours sensible aux histoires inscrites dans les plis des visages, des yeux, des mains, continue son voyage. C’est cette fois en Afrique du Sud puis au Guatemala qu’il capte en images ce monde traditionnel tant recherché. En Irlande, en 2002, puis l’Inde en 2004 à la rencontre de deux ethnies sensibles, les Dalits et les tribus forestières.

 

Les éditions Somogy lui consacreront une monographie éditée fin 2011 sur son travail « Au fil de l’Homme », réflexion photographique sur la conscience de soi et des autres.

 

 

 

 

 

Commentez


Abonnez-vous à la revue


RECHERCHER PAR