AccueilL'OBSERVATOIRE INFLUENCIAALERTE : « SIMON LE SERPENT » A PIQUé… ET C’EST VIRAL !

Alerte : « Simon le Serpent » a piqué… et c’est viral !


Publié le 17/01/2017

Image actu

Réponse d’une Millenniale à l’incroyable vidéo aux millions de vues de Simon Sinek.

 

Amis, collègues, parents, parents d’amis et de collègues, vous avez tous vu passer l’incroyable interview de Simon Sinek, ce guru auto-proclamé du leadership. Il se permet de vous accuser, vous, parents des « digital natifs », de nous avoir « mal éduqués ». Une interview dans laquelle il nous démonte, nous la génération Y, la génération de l’à-priori-à-venir. Et malgré ses insultes, vous partagez cette vidéo sur vos réseaux sociaux, vous l’ « aimez » ? Avez-vous perdu toute estime de vous-même ?

 

 

Nous incarnons le monde numérique !

 

Astérix est tombé dans la potion magique à la naissance. Nous, nous sommes nés connectés, mis en réseau ! L’ère numérique est la nôtre ! Le monde du digital est notre terrain de jeu ! En effet, nous y sommes bien plus à l’aise que les générations précédentes et avons grandi avec des réflexes et comportements radicalement différents. Cela ne fait pas de nous des Lebensborn !

 

Ce que l’on sait également, tout comme nos parents et grand-parents, c’est qu’on ne sait pas où ce monde digital nous embarque. Ce faux guru utilisant nos codes de communication quand il ne fait même pas partie de notre génération, serait-il en train de se faire passer pour l’un des nôtres dans le seul but de mieux nous décapiter sur la place publique ? Entre autres réponses, je vous le dis : nous devons être fiers d’être des Millennials, d’ailleurs, lançons le mouvement « Millennial Pride » !

 

Nous sommes une génération de joueurs, de chercheurs, de rêveurs, de bricoleurs hors-pairs, intuitive, rapide, flexible, innovante, ouverte sur le monde, multiculturelle et polyglotte de nos dix doigts, des filtreurs et des organisateurs nés ! « Hélas », le seul élément sur lequel il a construit son discours est LA PEUR. Cette peur est celle du changement, de l’inconnu auquelle nos parents et grands-parents ont déjà fait face lors du passage de une à deux puis à trois chaines TV.

 

Mille ans et quelques années plus tard, la peur du Millennial prendrait le relais de la peur de l’An Mille. Peur tout à fait légitime que nous-même partageons avec les générations précédentes. Les paroles négatives et insultantes, persiflées par « Simon le Serpent » qui ont obtenu l’attention de millions de personnes sur la planète, ne font que l’alimenter. Va-t-on le laisser nous culpabiliser d’être différents de nos parents aux rêves déchus de classe-moyenne ? Va-t-on laisser « Simon le Serpent » nous maltraiter à la façon dont un petit ami abuserait méchamment de sa belle et intelligente fiancée, et pire, l’y encourager ?

 

 

“Wake up and smell the coffee !”

 

Voici la réponse d’une digital native qui en a marre des généralisations négatives et des discours incitant les conflits. Lisez-la et unissons-nous ! Finissons-en avec les stéréotypes destructeurs sur les générations X, Y, A, B, C… et partageons avec le monde un message positif, encourageant la collaboration et l’entraide, entre jeune et vieux, connecté et déconnecté, avant-garde et arrière-garde ! Si nous sommes l’avenir, nous le construirons non pas sur la tombe des générations précédentes, mais plutôt dans l’invention d’un nouvel alliage, d’un nouvel amalgame des savoirs, des compétences, des connaissances, des réflexes, de toutes les générations qui baignent (ou qui trempent) dans ce monde naissant !

 

 

Lettre à Simon Sinek

 

Cher Simon,

 

Discutons de l’interview The Millennial Question que vous avez buzzée sur la toile. « Impatients », « fainéants », « incapables de créer de vraies relations humaines » sont quelques-unes des expressions dont vous nous avez gratifié. Vous attribuez nos défauts à une éducation (trop) laxiste, à des parents qui nous auraient (trop) gâtés. Afin de justifier le portrait stéréotypé que vous dressez de nous, vous prenez un tournant à 360 degrés et balancez des statistiques de taux de suicide, d’overdose de drogues et de chômage.

 

Sommes-nous une génération morte-née ?

 

Vous êtes d’une autre génération, il est temps d’accepter nos différences ! Nous n’avons pas les même réflexes, la même vision du monde, les mêmes grilles de lectures. Vous n’êtes donc pas en position d’émettre, de partager et de diffuser quelque jugement qu’il soit à notre sujet, et encore moins de jugement négatif, simpliste, réducteur, biaisé.

 

Accuser nos parents, ok ; mais appelons un chat, un chat ! Il ne s’agit pas de les accuser de la « mauvaise éducation » qu’ils nous ont donnée, comme vous le dites. Nos parents devraient plutôt être accusés du monde détraqué qu’ils nous ont transmis : un monde dans lequel il est « normal » de considérer l’humain comme du matériel comptable, de licencier à gogo et de remplacer au mieux à moins-disant, au pire avec de gentils robots. Koffi Annan, ex-Secrétaire Général des Nations Unies s’est exprimé avec grande clarté sur la question.

 

Vous donnez aux « parents » les mauvaises réponses, vous les armez contre nous au lieu d’œuvrer au dénichage de solutions pacifiques et constructives. Au lieu d’encourager les gens à embrasser les plus-values des changements apportés par la révolution digitale, vous ne leur servez que les effrayantes moins-values.


Si nous sommes les auteurs de cette révolution, nous en sommes aussi les spectateurs, nous ne sommes pas tout-puissants. Nous aussi nous avons peur, de votre monde, de notre monde. Un tout petit exemple de la vie et du flip réel d’un Millennial : il n’est pas rare pour un Millennial d’habiter à Varsovie parce qu’il peut s’y payer un logement, d’ « easyjetter » deux fois par semaine sur Londres pour le plaisir d’y « couch-surfer » pour suivre ses cours du soir. Do you think this is fun ?

 

N’importe quel enfant à qui l’on dit que ce n’est pas lui mais ses parents qui sont responsables/coupables, sautera de joie ! Ce n’est donc pas une surprise lorsque je vois mon feed Facebook rempli d’amis de ma génération qui aiment et diffusent votre interview et font leur « coming-out » en se déclarant adeptes et font la claque du persifleur « Simon le Serpent ».Vous nous excusez alors que vous devriez plutôt regarder du côté de la responsabilité du comportement de nos grand-parents et parents. Vous et Le media partagez et diffusez les mauvais messages, les mauvais mots, les mauvaises pensées sur notre compte.


À cause de ce discours, mes amis, clients, collègues ont même peur de leur ombre et de l’étiquette de ce costume pourtant taillé à notre mesure de Millennial. Nous sommes une génération à qui on a légué un joyeux bordel et qui tente de trouver des solutions afin de fabriquer à partir de vos déchets, un composte fertile. Si jamais vous voulez savoir comment mettre à profit nos compétences, notre personnalité, celle de la génération Millennial, je vous invite à devenir vous-même un fan Facebook du directeur d’Accor Mr. Sébastien Bazin ou bien encore d’Emmannuelle Duez, fondatrice du Boson Project.

 

La prochaine fois que vous ou quelqu’un de votre espèce de persifleur s’amusera à discourir sur l’incompréhensible génération Millenniale, je vous invite à utiliser de meilleures références et à montrer du respect pour la différence.

 

Avec mes respectueuses salutations,

Commentez


Abonnez-vous à la revue


RECHERCHER PAR