AccueilINNOVATIONSLE MARKETING DU DIVERTISSEMENT ENTRE FANTASME ET RéALITé #2

Le Marketing du divertissement entre fantasme et réalité #2


Publié le 09/12/2018

Image actu

Zoom sur les dernières opérations publicitaires marquantes de l’industrie du divertissement. Un état des lieux réalisé avec l’agence Biborg Interactive.

 

À coup d’activations publicitaires audacieuses, les acteurs du divertissement modernisent leur image pour satisfaire un -jeune- public toujours plus exigeant. Pour vous donner les clés d’une industrie « miroir » de notre société, nous vous embarquons dans un tour du monde des opérations marketing les plus marquantes de ces derniers mois. Un premier épisode avait déjà été publié en octobre 2018. Une veille toujours dressée par l’agence créative Biborg et cuisinée par Léna Gautier, Strategic Planner de la maison

 

Au programme de cette deuxième étape : une vidéo parodique diffusé à 30 000 mètres d’altitude, des stories Insta qui sentent bon la série Westworld, une course urbaine improvisée par une série télévisée et une Joconde géante en plein coeur de Paris qui aborde la conversation. A consommer sans modération.

 

 

La Grande Aventure Lego 2 démarre avec Turkish Airlines

 

 

 

Pour la sortie de La Grande Aventure Lego 2, Warner Bros a diffusé sur tous les vols de Turkish Airlines une vidéo promotionnelle inattendue. Le court métrage d’1 minute 30 est une parodie des consignes de sécurité prodiguées par les hôtesses de l’air et les stewarts avant le décollage. Il met en scène une foule de personnages issus du premier film, tels que Wildstyle, Vtrius ou même Batman, donnant un aperçu original du ton et de l’univers du film.

 

Les plus : le placement publicitaire dans les avions est une très bonne idée, surprenante et stratégique sachant que l’attention des passagers est captive, surtout avant le décollage. De plus la vidéo est de très bonne qualité, ce qui permet de réellement donner envie aux passagers d’en savoir plus et de voir le film.

 

Les moins : la vidéo a été diffusée seulement une journée dans les avions Turkish Airways, limitant considérablement sa portée. La plus grosse contrainte a probablement dû être celle du budget demandé pour multiplier les moments de la diffusion.

 

Pour aller plus loin : on aurait pu s’inspirer du même concept mais en l’étendant à YouTube, avec des vidéos contextualisées dans lesquelles on aurait pu reconstruire des univers, monuments historiques, scènes en Lego.

 


Ubisoft humanise l’I.A. d’Assassin’s Creed Odyssey

 

 

 

Pour le lancement du nouvel Assassin’s Creed, Ubisoft a créé des stories Instagram sur la base de contenu tiré directement du jeu. Comme tous les opus de la saga, Assassin’s Creed Odyssey se déroule dans un monde ouvert qui héberge plusieurs centaines de personnages désincarnés et non jouables, plus communément appelés Bots. Exactement comme dans la série Westworld. Ubisoft a donc publiés des stories où ces derniers racontent leur quotidien aux abonnés, permettant ainsi de les humaniser d’avantage pour enrichir toute l’expérience de jeu. 

 

Les plus : le fait de capitaliser sur des tendances sociales en mettant en lumière l’une des caractéristiques les plus fortes du jeu, les personnages non jouables autonomes, qui donnent l'impression que ce monde ouvert est véritablement vivant. 

 

Les moins : les stories sont par nature éphémères, ce qui signifie qu’elles ont été visionnées par un nombre réduit de personnes. Faire des stories créatives, surprenantes et innovantes sur Instagram est toujours un énorme point fort cependant il faut garder en tête que leur portée peut être limitée.

 

Pour aller plus loin : pour rester dans l’écosystème Facebook-Instagram, on aurait pu créer un filtre sur ce réseau social en réalité augmentée pour faire apparaître ces personnages non jouables et interagir avec eux.

 

 

13ème RUE défie les joggers parisiens

 


 

Pour sa nouvelle série Condor, la chaîne 13ème RUE a mis en place une activation en partenariat avec l’application de course Running Heroe permettant de se mettre dans la peau de son personnage, Joe Turner. Analyste pour la CIA, celui-ci se retrouve compromis et traqué tous azimuts et part alors en cavale. La chaîne a fait appel à deux athlètes, Florent Manaudou et Marine Leleu, pour courir durant 53 minutes, durée d’un épisode, sur un parcours fait sur mesure, à l’abri de toutes caméras de surveillance. Leur défi était de courir la distance la plus longue dans ce temps limité. Les fans étaient alors invités à relever le même défi via l’application Running Heroe pour tenter de gagner un abonnement gratuit à 13ème RUE.

 

Les plus : le concept est très intéressant car il reflète parfaitement le coeur de la série Condor tout en engageant directement l’audience cible. Au-delà de permettre à 13ème RUE de toucher une audience qualifiée, le partenariat avec l’application Running Heroe permet de transformer cette opération publicitaire en véritable expérience. La participation des deux athlètes permet aussi évidemment de toucher de façon plus attractive la communauté de sportifs. 

 

Les moins : ce genre d’activation nécessite forcément la réalisation d’une vidéo promotionnelle pour assurer une ampleur certaine, ce qui n’est pas forcément à la portée de tous en termes de budget. 

 

Pour aller plus loin : on aurait pu apposer des stickers au sol sur tout le parcours défini pour l’activation, afin de montrer à tous, Parisiens et touristes, à quel point il est compliqué de se cacher des caméras de surveillance. 

 


BMW donne vie à Mona Lisa au Centre Pompidou

 

 


A l’occasion du Mondial de l’Automobile qui s'est déroulé à Paris en octobre dernier, BMW voulait promouvoir son nouvel Assistant Personnel Intelligent via une immense installation sur la place du Centre Pompidou. En l’occurence, une toile interactive de La Joconde, toute de LED vêtue, mesurant 10 mètres de haut et 7,5 mètres de large. Les passants pouvaient lui adresser la parole grâce à un micro et lui poser toutes sortes de questions. Parlant trois langues, le français, l’anglais et l’allemand, Mona Lisa a répondu à toutes leurs attentes, mettant ainsi en lumière l’efficacité de l’assistant personnel du constructeur automobile.

 

Les plus : au-delà de la dimension technique de l’installation, qui est de grande qualité, le concept créatif, donner la parole à l’un des tableaux les plus célèbres au monde, est totalement inédit. BMW permet de transformer la publicité en une expérience interactive qui marquera les mémoires à coup sûr. 

 

Les moins : encore une fois, pour gagner en visibilité, ce genre de dispositif nécessite de produire une vidéo ensuite partagée aux partenaires médias et sur les réseaux sociaux. Malgré les nombreux piétons aux alentours du Centre Pompidou, seules plusieurs dizaines de personnes ont pu échanger avec le tableau et vivre pleinement l’expérience. Aussi, même si l‘idée fonctionne très bien et qu’il s’agit principalement d’un clin d’oeil, le lien entre BMW et La Joconde n’est pas forcément évident.

 

Pour aller plus loin : sur le même concept, on aurait pu installer des tableaux interactifs sur les abribus. Les passants attendant leur bus auraient alors pu tromper le temps en compagnie de celui-ci et interagir avec d’autres toiles connues.


Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR