AccueilIMAGEPORTRAITS D'ANIMAUX...

Portraits d'animaux...


Publié le 25/07/2016

Image actu

 

Un finlandais a tissé un lien particulier avec la faune sauvage de son pays et bien plus encore. Des clichés surprenants qui font nous découvrir la vie de ces espèces dans leur plus grande intimité. Avant que certaines ne disparaissent ?

 

Capter la nature, se fondre dans le paysage et s’armer de patience pour avoir la chance de photographier un animal sauvage. Tel est le quotidien merveilleux de Konsta Punkka. La vingtaine tout juste passée, le photographe a pourtant des allures de vieux briscard et à se balader sur son compte Instagram, on jurerait que ce Finlandais a des pouvoirs surnaturels : communiquer avec la faune et capter toutes les émotions qui s'en dégagent. Renards, ours bruns, écureuils, cerfs… Il nous plonge dans le secret de ces espèces en les photographiant au plus près, s'approchant parfois à quelques centimètres, exactement comme on peut le faire avec un animal de compagnie. Au point de laisser transpirer la dose de complicité et de confiance qu'il est capable d'établir dans ces échanges.

 

Ses techniques ? De l'observation, une volonté sans faille et une connaissance certaine du comportement animalier lui permettant de ruser. Il dévoile les secrets de certains clichés sur ses réseaux sociaux. « J’ai pris cette photo, il y a quelques jours dans le nord de la Finlande dans une zone que je connais bien. Je savais que ce jeune renard avait un terrier proche de la route et je savais qu’il passait souvent par là pour chercher de la nourriture. Alors j’ai attendu et encore attendu pour avoir au final ce combo rêvé depuis un moment ».

 

 

 

 

Ou encore : « Il a senti l’odeur de mon café frais et a commencé à marcher vers ma cachette. Je me suis allongé par terre et j’ai attendu ce qui allait se passer. L’ours a continué à marcher jusqu’à ce qu’il arrive au mur de ma cachette. Alors il a commencé à lécher mon pare-soleil en réalisant que ce n’était pas de la nourriture et est parti joyeusement vers un autre endroit. Rencontrer ce genre d’animal vous fait sentir que vous êtes tout petit ».

 

 

 

 

D’Australie à l'Ecosse en passant par la Norvège, seul ou accompagné, Konsta Punkka nous rappelle à quel point la nature est précieuse et valorise ces endroits dépourvus de toute activité humaine. Son travail pourrait faire écho à celui de Nick brandt et sa série « Inherit the dust ». En 2001, ce dernier avait immortalisé la faune sauvage de l’Afrique de l’Est dans son habitat naturel : girafes, zèbres, rhinocéros, lions… Quelques années plus tard, il réalise que ces zones sauvages ont disparu aux profits d’usines, de décharges à ciel ouverts ou de constructions.

 

Sa performance ? Incruster dans ces paysages désolés, ses clichés d’animaux et alerter l’opinion publique, comme pour mieux réveler le désastre en cours provoqué dans un laps de temps très court : « J’ai la nostalgie de ce qu’était la nature ici, j'éprouve un sentiment douloureux de cette perte. Et j’espérais que le public réagisse de même en ayant conscience qu’un jour, nous avons eu la chance de vivre aux côtés de ces animaux. Nous les avons dégagés mais nous avons toujours une chance de les protéger et de préserver l’endroit où ces animaux vivaient », déclarait Nick Brandt à Slate. Si vous êtes de passage à Paris, l'exposition « Inherit the dust » est visible à la A. Galerie, jusqu'au 30 juillet. Espérons que Konsta Punkka n’ait pas à faire le même constat dans les prochaines décennies…

 

 

 

 

Découvrez le travail de Konsta Punkka

 

 

 

 

 

 

 

 

~ Heading to whisper some foxes again tonight - follow my snapchat: kpunkka

Une photo publiée par Konsta Punkka (@kpunkka) le 11 Juil. 2016 à 8h09 PDT

 

 

 

 

 

 

~ Gimme those nuts

Une photo publiée par Konsta Punkka (@kpunkka) le 15 Juil. 2016 à 7h26 PDT

Commentez




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR