Accueil#FRENCHINCHINA#FREDINCHINA : LE COPYRIGHT, UN SUJET QUI FâCHE

#FredInChina : le copyright, un sujet qui fâche


Publié le 21/09/2015

Image actu

 

Comprendre l’Empire du Milieu n’est pas chose aisée pour les Occidentaux… Frédéric Raillard, le co-fondateur de Fred & Farid Group analyse chaque semaine pour BFM Business et INfluencia le premier marché du monde à travers cette chronique social media inédite. Depuis plus d’un an Fred décrypte cette Chine ultra-connectée qui compte près de 800 millions de netizens en partageant ce qu’il a vu, lu et entendu sur Weibo, WeChat, Huaban, Youku. INfluencia est partenaire de cette aventure...

 

 

 

 

HotTopic : Le copyright, un sujet qui fâche

 

Le copyright, est un sujet d’actualité et très intéressant car révélateur de la naissance d’un sentiment de propriété vis-à-vis de la création. En effet, il est très peu protégé en Chine, comme nous l’avions souligné, il y a quelques mois à propos de ce garçon qui s’était fait voler des images sur la plateforme vidéo, Youku. Cette fois-ci, c’est CCTV, première chaîne TV nationale qui a pris pour les besoins d’un de ses reportages, les images réalisées au Tibet par un jeune Millenials, sans le mentionner bien sûr. Furieux, le jeune Chinois a appelé un responsable de la chaîne qui s’est fait passer pour un stagiaire et qui lui a répondu que tout cela n’était pas bien grave. Or le jeune -qui avait pris soin d’enregistrer cette conversation et mécontent de sa tournure- l’a postée sur Sina Weibo. Ce qui lui a valu d’être soutenu par toute la jeunesse chinoise et de générer un premier bad buzz.

 

CCTV a fait une réponse officielle sur Sina Weibo. Mais ratée, car elle y déclare avoir acheté ces images sur Taobao, la plateforme C2C d’Alibaba. Une réponse qui en plus montre son manque de sérieux, car en principe toutes ses images doivent être achetées via des plateformes officielles ou des banques d’images équivalentes à Getty et Corbis. Deuxième bad buzz. En effet, elle a purement et simplement fait totalement disparaitre tous les tweets et hashtags officiels ainsi que le post du jeune homme qui en était déjà à 135 000 retweets. Ce qui laisse imaginer le nombre de média impressions. A voir ici.

 

 

 

 

HotBrand : Iuni ose le conceptuel peu usité pour se lancer

 

Apple avec le lancement de l’iPad Pro et de l’iPhone 6s rose a, bien sûr, fait grand bruit en Chine. Nous lui avons préféré Iuni, cette nouvelle marque de mobile en Chine, car intéressante à plusieurs titres.

 

Tout d’abord parce qu’elle est représentative de toutes ces marques de tech qui naissent tous les mois en Chine, puisque bénéficiant du principe de marque blanche. Du coup, il est aussi facile de se lancer sur ce créneau que dans celui de la basket. Idem pour les indépendants comme ce KOL chinois qui avec Smartisan a créé sa marque qui marche encore bien.

Ensuite, parce que Iuni est très conceptuelle, ce qui est assez étonnant en Chine. Ainsi son CEO l’a lancée avec la « No Audience Conference ». Imaginez, cet apprenti Steve Jobs chinois dans une salle virtuelle très épurée, qui déroule son speech sur sa nouvelle marque. L’auditeur peut ainsi déplacer son regard à 360° et découvrir le décor très minimaliste de la salle tout en écoutant l’argumentaire. Une expérience très conceptuelle qui a fait plus de… 19 millions de vues. Plutôt réussi. A voir ici.

 

 

 

 

HotPost : La barette végétale, le dernier it wear qui emballe les foules

 

Deux célébrités à l’honneur cette semaine. Souvenez-vous de Jay Chou, cette star de la chanson chinoise qui s’est mariée avec Anna -magnifique mannequin- et dont on a déjà parlé. Aujourd’hui, ce chanteur qui est peut-être le plus célèbre de Chine, a posé avec son épouse avec dans les cheveux une barrette dotée d’une petite plante. Un post qui leur a permis de totaliser 67000 retweets, alors que sans savoir ni pourquoi ni d’où l’accessoire venait, toute la jeunesse chinoise s’est mise à la porter aussi. Arborant fièrement et spontanément cette tige verticale dotée d’une pousse végétale ou d’une fleur. Créant ainsi un véritable effet de mode et suscitant un nombre incalculable de selfies, témoins de cet engouement aussi soudain qu’inexpliqué. Mais pas surprenant car dans ce pays où tout va tellement vite, dès qu’il y a un truc qui marche, 15 usines se mettent à le produire et à le distribuer. A voir ici.

 

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR