AccueilLA CULTUREPASS CULTURE : LA JEUNESSE FRANçAISE à L’HONNEUR

Pass Culture : la jeunesse française à l’honneur


Publié le 27/09/2018

Image actu

A partir de mi-octobre, 10 000 jeunes âgés de 18 ans pourront tester le fameux Pass Culture, dernier projet phare du gouvernement macroniste. Au risque pour les concernés de n’y voir qu’un nouvel effet d’annonce, la solution se trouve peut être dans une stratégie de communication claire et pédagogue.

 

 

Que représentent la France et les Français à vos yeux ? A cette question posée aux quatre coins du globe, sera sûrement répondu râleurs, arrogants, sales ou encore séducteurs, en bref, des réponses aussi diverses que fantasmées. Le French bashing n’a d’ailleurs jamais été autant pratiqué que ces dix dernières années. Une tendance que l’on peut toutefois nuancer depuis l’intronisation d’« Emmanuel Jupiter » en mai 2017 et qui rayonne à l’international comme le réchauffement climatique sur la banquise polaire. Pourtant, il y a bien un domaine sur lequel les « mangeurs de grenouilles » mettent tout le monde d’accord : la France est un pays où la culture se célèbre, se partage… et se transmet.

 

Alors oui, ce sont nos sportifs qui, depuis quelques mois, portent haut et fort nos couleurs tricolores. De Kevin Mayer, à Kylian Mbappé, nos -jeunes- ambassadeurs brisent les records mondiaux aussi sûrement que Teddy Riner broient ses adversaires. Sauf que depuis des siècles, ce sont nos artistes, qu’ils soient peintres, écrivains, réalisateurs ou même beatmakers affublés d’un casque de robot, qui ne cessent d’émerveiller, bouleverser et faire danser la planète. Mais loin d’y voir une pratique élitiste, le pays de Molière a toujours eu une vision démocratique de cette culture à la sauce gauloise. Demandez à Jack Lang et sa « Fête de la Musique », véritable symbole d'événement populaire, autrefois décrié même dans les rangs de sa propre majorité, aujourd’hui célébrée du Canada jusqu’en Chine, en passant par la Colombie et la Suède. Et quoi de plus nécessaire que de la transmettre à nos chérubins en quête de sens et de repères civiques ? A la jeunesse de s’en emparer… si tant est qu’elle en ait les moyens.

 

 

 

 

Un bien commun à protéger


Pour faire passer la pilule de la rentrée scolaire, le gouvernement a ouvert sa hotte à cadeaux afin de redonner le sourire à 10 000 jeunes de 18 ans, censés former un échantillon représentatif de la population concernée par l’initiative, répartis dans les cinq département pilotes -Bas-Rhin, Finistère, Guyane, Hérault et Seine-Saint-Denis. Les premiers testeurs du fameux Pass Culture et dont les retours vont permettre au ministère de la Culture de fignoler son bébé et dissiper le brouillard médiatique qui l’entoure.

 

Au programme : une application à télécharger et qui recomposera les heureux élus, sélectionnés mi-octobre, d’une enveloppe de 500 euros pour « découvrir de nouvelles expériences culturelles », selon les mots du ministre. Ils permettront, sans restriction, d’avoir accès à des pratiques -initiations, cours- ou des sorties culturelles -spectacles, concerts, cinéma. Il ne sera toutefois pas possible de dépenser plus de 100 euros pour acheter des biens culturels, de type livres ou DVD. Pour les plateformes en ligne comme Netflix et Deezer, le plafond ira jusqu'à 200 euros. A horizon 2019, le Pass Culture sera ouvert à tous. Pour tentez sa chance, direction le site dédié à l’opération.

 


Une initiative à accompagner

 

Les agences indépendantes Equancy&Co et Madame Bovary ont été choisies pour penser et mettre en oeuvre la stratégie de lancement du Pass Culture. Avec en point d’orgue la création d’une identité visuelle, la mise en place de partenariats médias et institutionnels, la conception de produits dérivés et la création d’outils et de campagnes multi-supports . Un chantier didactique primordial pour expliquer aux premiers concernés l’intérêt d’une telle initiative et in fine, en faire une réussite nationale.

 

 

La France, tu la cultives ou tu la quittes

 

Le budget culturel va bénéficier en 2019 d’une hausse de 18 millions par rapport à 2018. S'inscrivant dans ce qui est fait depuis 6 ans au cours desquels les moyens consacrés par le ministère de la Culture et de la Communication à l’éducation artistique et culturelle ont progressé de près de 80%. Preuve que, malgré les franchouillards les plus sceptiques, la Culture reste bien au centre des préoccupations des gouvernements successifs, toute couleur politique confondue.

 

Quelques nuances s'imposent toutefois car d'une part on est très loin des largesses -nécessaires- des ministères Malraux ou Lang, et d'autre part le gouvernement précédent était loin d’en faire une priorité avec les « piges » successives d’Aurélie Filippetti, Fleur Pellerin et Audrey Azoulay. Mais rien ne sert de se morfondre, le bilan français reste positif à l’échelle européenne, et des projets comme le Pass Culture laissent présager quelques belles années à venir. Des promesses à concrétiser pour ne pas être cantonnées au simple rang de poudre de perlimpinpin. 


Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR