AccueilLA CONVERSATIONZOUZOUKWA L'APPLI D'éMOJIS D'OPIéROU

Zouzoukwa l'appli d'émojis d'Opiérou


Publié le 13/11/2019

Image actu

Les Emojis sont partout. En voilà de très originaux conçus par O'Piérou Grebert, artiste, ancien étudiant en graphisme et en développement web. Ce qui n'était qu'un projet en 2018, est aujourd'hui une réalité avec l'application gratuite Zouzoukwa à télécharger d'urgence.

 

Il y a ceux dits, classiques, directement disponibles sur les smartphones, ceux que l’on personnalise désormais pour coller à sa propre image, de délicieuses momies, des lieux de brunch (un demi avocat), des grimpeurs, des mariées, des sorciers et des sirènes. En clair toutes les émotions, actions couvrant la complexité de l'expérience humaine existent sous une forme unique, jolie et imagée. Le jeune O’Plérou Grebert ancien étudiant ivoirien (21 ans) en graphisme et en développement Web, devenu artiste-designer a créé une quantité impressionnante d’émoticônes, une série baptisée Zouzoukwa, qui signifie « image » dans sa langue maternelle, le Bété.

 

 

 

Émotions et icônes = émoticônes


L’histoire est jolie, et la fusée à plusieurs étages. «Au départ, je pensais pouvoir créer des émoticônes comme moyen de partager des masques africains de façon moderne et colorée», explique le jeune homme. Je m’étais lancé un défi, en créer un par jour qui représente la culture africaine  ».  Et puis peu à peu il s’aperçoit, en explorant l’identité ouest-africaine, que son style de dessin est trop sombre, trop étrange pour communiquer simplement. C’est alors qu’il comprend que s’il veut promouvoir sa culture, il fallait créer des dessins plus efficaces, plus attrayants. Et de fait, c’est ce qu’entreprend O’Plérou Guébert. Aujourd’hui ses émojis sont disponibles en téléchargement sur le Play and App Store, grâce à son application Zouzoukwa. Et si les émoticônes permettent aux Africains de communiquer plus précisément en utilisant la messagerie instantanée, il les a également conçus pour les non-Africains qui peuvent ainsi découvrir sa culture de manière moderne. En effet, conclut-il, « les medias véhiculent des images négatives de l’Afrique, c’est facile de ne garder à l’esprit que les mauvais côtés».

 

 

Attention aux malentendus...

 

Seule frustration ? Ce langage n’est peut être pas, aussi complet que l’expression écrite. Mon émoticone «You saw that ? Vous avez vu ça?» incarne un geste populaire en Côte d’Ivoire, une façon de dire «je vous l’ai dit», mais une expression similaire est également utilisée au Cameroun, interprétée comme un signe d’avertissement pour les autres: «Si tu fais ça, tu verras ce que je vais faire», explique O’Plérou. Comme quoi, la création d’émojis est aussi sophistiquée que peut l’être une langue inconnue, avec ses faux amis...pourtant si proches.

 

 

 

 

Commentez




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR