AccueilAUDACELE PAPIER SE MOQUE DU NUMéRIQUE

Le papier se moque du numérique


Publié le 06/05/2015

Image actu

Pour promouvoir sa signature, « La technologie est l’opium du peuple », le trimestriel Humanoïde et l'agence Gloryparis réinterprètent à leur manière l'addiction provoquée par les nouvelles technologies.

 

Il y a quelques semaines, nous abordions, à travers les illustrations de Jean Jullien, le concept de digital detox et des dérives provoquées par une utilisation compulsive de nos smartphones et des réseaux sociaux. A son tour, le magazine Humanoide s'attaque à cette nouvelle forme d'addiction en détournant les noms et logos des géants du secteur. « Un constat s’impose", affirme Ivan Gaudé, co-créateur du magazine " la technologie a envahi notre quotidien. Difficile aujourd’hui de nous en passer, ne serait-ce qu’un seul jour. Nous sommes devenus dépendants de nos smartphones, tablettes numériques et ordinateurs portables, sans oublier bien sûr le cloud et tous les services connectés… les exemples ne manquent pas ». La campagne illustre la signature du trimestriel « La technologie est l’opium du peuple » et sera lancée jeudi 7 mai en version print et web .

 

Apple (Mac), Netfix, Windows, Twitter et Instagram s’affichent ici sous un nouveau jour au travers d’un élément clé à la fois différenciateur et révélateur de nos modes actuels de consommation. « L’effet est immédiat. C’est le but que nous cherchons à atteindre sans nuire pour autant à l’image de la marque » déclare Hugues Pinguet, directeur associé de l’agence Gloryparis. « L’ensemble de ces marques bénéficient d’une image très valorisante auprès des consommateurs. Elles n’ont rien à craindre, elles le savent et c’est pourquoi aussi nous avons pris la liberté d’adopter un ton décalé et provocateur », ajoute Arnaud Le Bacquer, co-directeur. « Le message que nous souhaitons transmettre est simple », rappellent quant à eux, les créateurs du magazine « La technologie est la nouvelle drogue à la mode. A consommer avec modération, diront certains, mais une chose est sûre : lire notre magazine ne comporte aucun danger ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentez




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR