4 septembre 2023

Temps de lecture : 3 min

Wingly, le Blablacar des airs, tente de se verdir

Wingly est la première plateforme de partage de vols en Europe. Fondé en 2015, ce site propose, depuis peu, des vols sur un avion électrique non polluant. Une réelle avancée ou un coup d’épée dans l’eau ?

Greenwashing ou réelle volonté de faire avancer les choses dans la bonne direction ? A vous de juger… Wingly est la première plateforme de partage de vols en Europe. Depuis sa création en 2015, ce BlaBlaCar des airs a déjà permis d’organiser 50.000 vols dans 45 pays. Plus de 450.000 utilisateurs et 23.000 pilotes se sont inscrits sur son site.

Sa page d’accueil ressemble à celle de n’importe quel autre service de covoiturage. Pour réserver un vol, le client n’a qu’à écrire le lieu où il souhaite s’envoyer en l’air, préciser la date de son voyage et le nombre de passagers prévu. Les villes de départ les plus demandées sont Paris, Cannes, Arcachon, Montpellier, la Martinique, Aix-en-Provence, Nantes, Rennes, Toulouse et Tours. Les balades aériennes les plus recommandées sont le survol de Bandol à Cassis, la Baie de Somme, les vignes autour de Colmar et la Côte finistérienne. Plus de 6000 trajets sont proposés sur la plateforme. Les prix proposés sont souvent raisonnables. Un vol de douze minutes en hélicoptère au-dessus du château de Chenonceau et du Cher est facturé 99 euros par personne. Une balade aérienne d’une heure autour du Bassin d’Arcachon coûte, elle, à peine 79 euros.

29 kg de CO2 par heure de vol

Même si un petit avion de tourisme pollue nettement moins qu’un A380, encourager les particuliers à prendre les airs pour quelques minutes de plaisir ne semble pas réellement coller avec les objectifs visant à limiter notre empreinte environnementale. Une heure de vol nécessite en effet 9 litres de carburant et rejette 29 kilos de CO2 dans l’atmosphère selon ce calculateur disponible en ligne. Un hélicoptère léger consomme, lui, entre 30 et 40 litres par heure. Pour tenter de calmer les critiques, Wingly propose une solution originale : l’avion électrique.

Un avion slovène

Les amateurs d’altitude peuvent ainsi désormais réserver des vols à bord d’un Velis Electro. Fabriqué par la société slovène Pipistrel, cet appareil est le seul avion électrique à être certifié par l’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA). Les balades proposées par la plateforme de coavionnage, qui s’apprête à célébrer son 100.000ème passager en vol, sont plutôt bon marché.

25 minutes au-dessus d’Albi est facturé 49 euros par personne. Au départ de Vinon-sur-Verdon (aéroclub Cadarache Provence), le vol partagé de 45 minutes est proposé au prix de 89 euros. Chaque passager reçoit un diplôme de la part de Wingly, attestant que celui-ci a volé à bord du premier avion électrique au monde.

Belles paroles

« Pour nous, être acteur dans la transition écologique de l’aviation légère est une évidence, se félicite Frédéric Michiels, le président de l’aéroclub d’Albi. Pour preuve, notre Velis économise 14 tonnes de CO2 pour 280 heures de vol ! Ce changement doit aussi constituer une opportunité pour démocratiser l’aviation légère. C’est donc naturellement que nous sommes heureux de rejoindre la plateforme Wingly pour partager l’expérience de l’avion électrique au plus grandnombre. » Le cofondateur du site ne dit rien d’autre. « Avec ces nouveaux vols 100% électriques, nous allons permettre à des passagers du grand public de réaliser un rêve tout en démocratisantune aviation plus propre et en faisant bouger les lignes du secteur, vante Bertrand Joab-Cornu. Ces vols sont la preuve que la révolution du secteur aérien n’est pas qu’une promesse mais une réalité. Toute l’équipe est très fière de ce lancement et a encore énormément de projets pour rendre l’aviation plus respectueuse de la planète. » Voilà pour ces belles paroles. Les grands constructeurs aéronautiques jurent aussi, la main sur le cœur, souhaiter lancer des avions moins polluants. Airbus promet même de développer le premier avion à hydrogène d’ici 2035. Son nom ? Le ZEROe. En attendant, le géant européen a vendu 801 appareils bien polluants au dernier Salon aéronautique du Bourget, loin devant Boeing et ses 266 commandes.

Avec un seul petit avion électrique, l’offre verte de Wingly paraît bien modeste en comparaison de ses 6000 vols disponibles. Greenwashing, quand tu nous tiens.

À lire aussi sur le même thème

19/01/2024
Tesla, la fin de l’euphorie ?

Concurrence chinoise, rappels massifs de véhicules, gamme limitée et souvent ancienne, hausse attendue de l’électricité, polémiques autour d’Elon Musk… Tesla bat tous…

Les Newsletters du groupe INfluencia : La quotidienne influencia — minted — the good. Recevez une dose d'innovations Pub, Media, Marketing, AdTech... et de GOOD

Bonne idée ! Je m'inscris !

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia