1 octobre 2012

Temps de lecture : 3 min

Wake the F*ck up : le cri de Samuel L. Jackson pour Obama

Il était une fois, une petite fille qui ne trouvait pas le sommeil. Elle s’inquiétait de l’avenir de son pays, en proie à un mal gagnant du terrain sous le nez de sa famille ignorante et passive face au danger : Mitt Romney. Pour mobiliser la population juive à voter contre le clan républicain, le Jewish Council of Education & Research fait appel aux talents de narrateur de Samuel L. Jackson pour un conte politique soutenant Obama…

Le Jewish Council of Education & Research vote pour Barack Obama et ne veut pas être le seul dans la bataille. Pour tenter de sauver l’Amérique de Mitt Romney, le groupe juif emploie les grands moyens et réalise une campagne didactique pour convaincre la population (particulièrement les juifs, qui avaient massivement voté pour Mc Cain en 2008) de se mobiliser en faveur d’Obama et de leur pays. Pour cela, un texte en rimes subtilement travaillé, quelques phrases choc pour réveiller, le tout porté par une adorable enfant et un monstre sacré du cinéma : Samuel L. Jackson.

Le design du site laisse un peu à désirer mais le message est clair et la campagne bien travaillée : « Wake the F**k up ! » commence comme un conte pour enfants, raconté en vers par le célèbre acteur. Ce soir, la petite fille ne trouve pas le sommeil. Que va devenir son pays en cas d’invasion républicaine ? Que font les grands en âge de voter : ses parents, son frères, sa sœur et ses grands-parents ? Pourquoi n’agissent-ils pas ?

Leur désillusion de la politique et leur négligence les pousse à croire que Mitt ou Barack, le résultat sera le même. Faux ! La petite prend les choses en main, et entame un tour de la maison pour convaincre sa famille de se bouger pour leur avenir. Et c’est une sorte de « conscience » incarnée par le charismatique Jackson qui va leur donner un coup de fouet.

Derrière ce petit conte politique se cache, pour chaque membre de la famille un message clair : laisser Mitt Romney accéder à la présidence ne serait pas sans conséquence pour eux, et leur ferait perdre beaucoup d’avantages durement gagnés, notamment depuis l’accession de Barack Obama à la Maison Blanche. Voter Mitt Romney, c’est revenir 6 ans en arrière avec le désastre Bush…

Chacun doit donc choisir son camp, et voici ci-dessous le message transmis à chaque membre de la famille par le Jewish Council of Education à travers sa campagne.

Aux parents :
Obama est contre la guerre et a su renforcer les relations du pays avec les alliés stratégiques. Sa politique a sauvé General Motors de la faillite et a évité au pays une deuxième Grande Dépression. Il a également créé 4,5 millions d’emplois dans le secteur privé.

Au grand frère :
Romney veut augmenter les frais de scolarité alors qu’Obama les a réduits pour faciliter l’accès aux études et encourager la jeunesse à réussir dans la vie. C’est sous sa présidence que Ben Laden, ennemi numéro un du pays, a été éliminé. Il est favorable au mariage gay et veut permettre aux jeunes de bénéficier de la mutuelle de santé de leurs parents jusqu’à leurs 26 ans avec son programme ObamaCare.

A la sœur et sa copine :
Romney veut supprimer le planning familial et le droit à l’avortement dans les états fédéraux où il est actuellement autorisé. Obama quant à lui a signé un texte de loi pour mettre fin à l’inégalité salariale entre hommes et femmes. Son programme ObamaCare a également baissé le coût de l’assurance pour les femmes, autrefois plus élevé que pour les hommes.

Aux grands-parents :
Le programme ObamaCare a permis à Medicare d’être financé sur 8 années supplémentaires. Les républicains veulent privatiser le système de sécurité sociale. Le parcours d’Obama est la preuve que le rêve américain est possible.

Le JCER n’en est pas à son coup d’essai. Déjà en 2008, il avait monté, avec la célèbre actrice-humoriste Sarah Silverman, une campagne contre Mc Cain : « The Great Schlep » qui avait connu un très gros succès médiatique. Dans ce petit film humoristique et « pédagogique », l’actrice expliquait aux jeunes que leur mission pour sauver l’Amérique de la catastrophe républicaine devrait être de prendre immédiatement un avion pour la Floride (état le plus peuplé par les séniors) afin d’expliquer à leurs grands parents que, s’ils les aimaient et voulaient assurer leur avenir, il faudrait mettre au placard leurs lubies conservatistes et voter Obama. En gros, convaincre les seniors des qualités du candidat démocrate et les informer sur son programme.

En 2012, le groupe juif a déjà aussi monté deux vidéos virales, toujours avec la même star vedette. La première, diffusée en juillet dernier, montrait Sarah Silverman faire une proposition indécente au milliardaire Sheldon Adelson : s’il renonçait à financer la campagne de Romney au profit de celle d’Obama, elle proposait une partie de jambes en l’air au septuagénaire…

La deuxième « Let my People Vote » datant de septembre, était une mise en garde assez cash de ce qui se passerait vraiment en cas de victoire républicaine. L’actrice n’y allait pas de main morte, avec un langage cru, direct, et beaucoup d’ironie, parodiant notamment les adeptes du port d’armes.

Humour, dérision, stars, sexe…tout est bon à prendre pour faire perdre le clan du Mormon. « Wake the F*ck Up » est une preuve supplémentaire qu’en matière de militantisme politique sur fond de lobbying, seuls les Etats Unis ont l’audace de repousser aussi les loin les limites de la communication. Ce n’est pas encore maintenant que l’on verrait cela en France…

Nous saurons bientôt si, au-delà du rire, le dispositif aura été efficace.

Lucie Freulon

« The Great Schlep » – 2008

« An indecent proposal » – 2012

« Let my people vote – Get Nana a gun » – 2012

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia