29 avril 2015

Temps de lecture : 1 min

La vraie influence ?

« Le paradoxe de la condition humaine, c'est qu'on ne peut devenir soi-même que sous l'influence des autres », affirmait le philosophe Gaston Bachelard. Médias, marques, professionnels, consommateurs ou tout simplement citoyens, nous vivons tous sous influence. Nous sommes influencés, et nous influençons. Pour le meilleur et pour le pire.

« Le paradoxe de la condition humaine, c’est qu’on ne peut devenir soi-même que sous l’influence des autres », affirmait le philosophe Gaston Bachelard. Médias, marques, professionnels, consommateurs ou tout simplement citoyens, nous vivons tous sous influence. Nous sommes influencés, et nous influençons. Pour le meilleur et pour le pire.

Mais l’influence fascine autant qu’elle inquiète. Gourous, lobbying, manipulation, neuro-marketing… autant de mots dont les médias se gargarisent et qui font peur. Quant aux fameux « influenceurs » eux-mêmes, ils ne sont trop souvent que des propagateurs de buzz, sans beaucoup de fond… Et pourtant, l’influence, c’est aussi la séduction, la culture, le langage, l’écriture, la photographie, le rôle des femmes, les financements créatifs de l’économie, les nouvelles communautés d’entrepreneurs…

INfluencia a voulu démystifier ce monde étrange et y a consacré sa nouvelle revue. Dans le numéro 13 qui sort aujourd’hui, nous avons donc demandé au « parrain de l’influence », l’Américain Robert Cialdini de nous livrer ses « six leviers ». Nous avons également donné la parole au journaliste, Alain Duhamel et à d’autres grands témoins français et internationaux.

André Gide dans son essai « De l’influence en littérature » disait : “J’ai lu tel livre; et après l’avoir lu je l’ai fermé; je l’ai remis sur ce rayon de ma bibliothèque. Mais dans ce livre, il y avait telle parole que je ne peux pas oublier. Elle est descendue en moi si avant, que je ne la distingue plus de moi-même. Désormais je ne suis plus comme si je ne l’avais pas connue. Que j’oublie le livre où j’ai lu cette parole, que j’oublie même que je l’ai lue; que je ne me souvienne d’elle que d’une manière imparfaite… n’importe ! Je ne veux plus redevenir celui que j’étais avant de l’avoir lue”. Et si c’était ça la vraie influence ?

Isabelle Musnik
fondatrice et directrice de la rédaction

Ps : INfluencia fête le travail et fait le pont. Influencez bien…

Musnik Isabelle

À lire aussi sur le même thème

10/09/2021
Peur sur la ville

Non je ne vais pas vous parler de Bébel, mais de Xavier. Xavier, c’est le nom de ce robot déployé pendant trois…

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia