15 mai 2015

Temps de lecture : 4 min

Les voyages forment… l’amitié

A l’heure du 2.0 et de la multiplication des déplacements dans le monde, les voyages et les réseaux sociaux sont les deux piliers de l'amitié. Quant à la théorie des 6 degrés de séparation, elle existe vraiment , démontre une étude réalisée par Mercure et TNS Sofres.

A l’heure du 2.0 et de la multiplication des déplacements dans le monde, les voyages et les réseaux sociaux sont les deux piliers de l’amitié. Quant à la théorie des 6 degrés de séparation, elle existe vraiment , démontre une étude réalisée par Mercure et TNS Sofres.

La chaîne hôtelière Mercure a eu envie de s’interroger sur la notion d’amitié et a réalisé une étude avec TNS Sofres auprès de 5500 personnes dans 13 pays. On y apprend que voyager -réellement ou virtuellement- permet de trouver des amis et… de les conserver. 56% des personnes ayant répondu au sondage ont en effet développé des amitiés à l’occasion d’un voyage. 45% des voyageurs déclarent contacter des amis d’amis de leur réseau social à l’occasion d’un voyage. Et 77% gardent le contact avec leurs amis sur les réseaux sociaux au cours d’un voyage

Qu’est-ce que l’amitié en 2015 ?

Aujourd’hui le cercle d’amis proches compte entre 3 et 4 membres dans l’ensemble des pays interrogés, mais 7% des Français déclarent tout de même n’avoir aucun ami proche. Les Japonais sont les plus solitaires : 16% d’entre eux ne comptent aucun ami intime. Sans surprise, la notion d’amitié proche se traduit par un partage de valeurs, une absence de jugement et une totale disponibilité. 83 % des répondants attendent avant tout d’un ami proche de pouvoir compter sur lui.

Une sphère amicale nourrie par les voyages !

Le cercle amical évolue et se transforme également grâce à l’augmentation des voyages. Nous ne sommes plus seulement amis avec des personnes vivant à proximité mais de plus en plus avec des personnes rencontrées, lors d’un voyage en France ou à l’étranger. Et les chiffres le prouvent, plus de la moitié des interviewés (56%) ont développé des amitiés à l’occasion d’un voyage ; les Brésiliens font encore mieux (84%), et plus surprenant lorsque l’on considère les barrières linguistiques, les Chinois à 71% sont les plus friands de ces rencontres cosmopolites. A l’inverse, les Japonais se montrent plus réservés avec seulement 11% des voyageurs qui déclarent avoir fait des rencontres par ce biais.

Autre enseignement de l’étude : les voyageurs se servent énormément des réseaux sociaux pour organiser leur itinéraire et bénéficier des conseils avisés des locaux afin d’explorer la région du monde où ils se trouvent, de la manière la plus authentique possible. Ainsi, 45% déclarent contacter des amis d’amis de leur réseau social à l’occasion d’un voyage : ils recherchent leurs bons plans (49%) mais aussi leur compagnie (30%). Au-delà du plaisir de connaître des gens sur place, les répondants restent très prévoyants puisque 35% se voient rassurés de pouvoir s’appuyer sur une connaissance en cas de problème ou d’urgence.

A noter que les Australiens vont plus loin en contactant les amis d’amis plutôt pour loger chez eux, à l’occasion de leurs voyages (35% des répondants). En vacances, on reste connecté : 77% des voyageurs gardent le contact avec leurs amis sur les réseaux sociaux ! Le voyage devient statutaire, on fait profiter les amis restés au travail de ses découvertes. Fini les cartes postales ! Vive les photos (36%) et les posts (32%) ! Une fois n’est pas coutume, les Japonais se distinguent ! Ils sont 48% à ne pas utiliser les réseaux sociaux pendant leurs vacances, privilégiant les échanges épistolaires pour rester en contact avec leurs amis proches.

Les réseaux sociaux (re)créateurs de liens amicaux

Si les réseaux sociaux ne peuvent pas se substituer aux amitiés réelles, ils permettent néanmoins de nouvelles opportunités de rencontres et servent à maintenir les liens. Stop à la timidité et place aux rencontres virtuelles : 44% des utilisateurs de réseaux sociaux sont déjà devenus amis online avec une personne jamais rencontrée réellement ! Parmi les utilisateurs de réseaux sociaux, les Chinois sont les plus gros « recruteurs » d’amis virtuels puisqu’ils sont près de 72% à devenir amis online avec des gens jamais rencontrés. Les Brésiliens les suivent de près à 67%. Quant aux Français, ils arrivent en dernière position de ce classement : seulement 26% des utilisateurs de réseaux sociaux déclarent être devenus amis online avec une personne jamais rencontrée.

Les réseaux sociaux servent aussi à garder le contact avec ses amis « réels » : 58% des utilisateurs de réseaux sociaux ont déjà demandé à une personne rencontrée « en vrai » de devenir amis online. Encore une fois, les Français semblent plus timides : ils ne sont que 42% à user de cette pratique, ce qui les place en dernière position sur l’ensemble du panel. Enfin, le web favorise la naissance mais surtout le maintien des relations amicales : on retrouve ses amis d’enfance (61% des interrogés considèrent que cela constitue le principal avantage des réseaux sociaux), on n’oublie plus les anniversaires de ses proches (40%) et on envoie à ses amis ou sa famille des pensées et photos (51%) qui créent un sentiment de proximité et de partage au quotidien.

Quid de la Théorie des « 6 degrés de séparation » ?

Cette théorie selon laquelle toute personne sur terre est reliée à n’importe quelle autre par une chaîne de six personnes au moins, est connue à travers le monde sous différentes appellations : 1/3 des interrogés en ont déjà entendu parler ! Du fait de leur grande activité sur les réseaux sociaux, c’est en Chine avec 67% de connaisseurs qu’elle est la plus réputée. Cette théorie permettrait donc d’affirmer que chacun peut avoir de potentiels liens d’amitié avec des personnalités qui nous paraissaient alors inabordables. Geoges Clooney pourrait donc être un ami à 6 degrés de séparation !

A la question « Qui rêveriez-vous de rencontrer grâce à la Théorie des 6 amis ? », l’ensemble du panel français répond qu’il aimerait rencontrer une célébrité de préférence un chanteur, un musicien ou un DJ (14%) et plus encore les femmes. Les Chinois, plus pragmatiques, profiteraient de cette occasion pour rencontrer des hommes d’affaires ! Ils sont 15% à le souhaiter contre une moyenne de 3% pour le reste du monde.

Raphaël Legrand

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia