8 janvier 2015

Temps de lecture : 3 min

Le voyage comme expérience pro

Et si votre patron vous offrait 1500 euros pour voyager ? Se poser la question un soir de coup de blues en rentrant chez soi après le boulot, c’est comme débattre dans un dîner sur l’utilisation d’un gain maximum au loto, on sait très bien que cela n’arrivera jamais. Vraiment ?

Et si votre patron vous offrait 1500 euros pour voyager ? Se poser la question un soir de coup de blues en rentrant chez soi après le boulot, c’est comme débattre dans un dîner sur l’utilisation d’un gain maximum au loto, on sait très bien que cela n’arrivera jamais. Vraiment ?

En juillet dernier, les deux fondateurs de l’agence californienne Think Parallax annonçaient le lancement du programme PARALLAXploration. Le principe ? Chacun des onze salariés pouvait recevoir 1500 dollars pour s’en aller explorer le globe à condition de se rendre dans un pays encore jamais visité entre septembre et décembre, et de partager son carnet de voyage dans un blog dédié hébergé sur le site de l’agence. « Les voyages permettent de découvrir des nouvelles cultures, idées, communications, design, de regarder les choses avec une perspective différente et d’apprendre à résoudre des problèmes », explique Jonathan Hanwit, CEO et fondateur de Think Parallax. Sa compagne, co-fondatrice et directrice de création, il l’a rencontrée un sac sur le dos lors d’un périple à l’étranger. Pour eux, voyager c’est avant tout se découvrir, s’épanouir et donc s’améliorer, comme personne et comme employé.

En quatre mois, les dix heureux salariés ont donc pu visiter Berlin, le sud de l’Allemagne, Porto-Rico, le Pérou, Mexico-City, Austin, la Colombie, l’Argentine, le Costa Rica et la Nouvelle Zélande. Sur les réseaux sociaux et online, les histoires de chaque séjour ont touché approximativement un million de curieux, alors que la page Facebook et le site web de l’agence ont explosé leurs records d’audience. « Nous remettons le couvert en 2015 », annonce Jonathan Hanwit. INfluencia est allé à sa rencontre pour approfondir le bilan.

INfluencia : qu’avez-vous appris de cette première expérience et êtes-vous satisfait des résultats ?

Jonathan Hanwit : le bilan est très positif. Tous les employés sont revenus avec un sentiment très fort de loyauté et de gratitude envers l’entreprise. Ils travaillent encore plus dur depuis leur retour. Pendant le voyage de chacun, il a bien fallu que ceux qui étaient restés comblent les trous. Cet esprit de famille solidaire a renforcé la cohésion de l’équipe. Chaque destination était gardée secrète en amont pour renforcer l’effet de surprise et je peux vous dire que pendant chaque présentation de son séjour par l’employé revenant, c’est comme si nous avions tous voyagé avec elle ou lui. Tous ont appris, ont gagné en ouverture d’esprit, en créativité et en débrouillardise.

INfluencia : une initiative comme PARALLAXploration est-elle une nouvelle nécessité alors que le monde et l’environnement du travail évolue sous l’influence des millennials ?

Jonathan Hanwit : pour nous, nos employés et je pense une large partie des autres entreprises, sortir de sa zone de confort et voir les choses d’une autre perspective apporte des bénéfices personnels et professionnels qui sont multiples. Cela mérite l’investissement car cela va nous aider à mieux développer une force de travail plus globale et plus synergique.

INfluencia : pensez-vous que les entreprises en général manquent d’originalité et d’innovation dans leurs politiques de management ?

Jonathan Hanwit : une partie de notre métier est d’aider les sociétés à engager avec leurs employés en étant plus créatifs et plus pédagogiques, je peux donc répondre que oui, beaucoup d’entre elles ne sont pas assez innovantes dans ce domaine. Mais entre des initiatives comme la nôtre et l’impact des millennials, qui changent les besoins des salariés en entreprise, nous allons assister dans les années à venir à de profonds changements dans la flexibilité du monde du travail.

INfluencia : est-ce finalement le rôle d’une entreprise d’inspirer et d’élever la vie personnelle de ses employés ?

Jonathan Hanwit : non, ce n’est pas de sa responsabilité mais nous attachons beaucoup d’importance à l’équilibre entre le travail et la vie privée. Les Etats-Unis ont beaucoup de travail à faire pour arriver à rééquilibrer sainement la balance.

INfluencia : une récente étude de LinkedIn montrait que les millennials avaient besoin d’être heureux dans leur vie personnelle de bureau pour être plus efficaces dans leur vie professionnelle. C’est pareil pour la curiosité ?

Jonathan Hanwit : Parallax veut dire regarder les choses sous différents angles, nous considérons donc chaque projet sous différentes perspectives. Il est évident qu’explorer de nouveaux endroits et de nouvelles cultures permet de le faire encore mieux en y appliquant tous les enseignements du voyage. Un designer pourra s’inspirer de ce qu’il a vu, un chef de projet pourra gagner en confiance après avoir escaladé une montagne… Pour la curiosité, c’est une qualité essentielle et que nous avons voulu renforcer avec ce programme.

Benjamin Adler / @BenjaminAdlerLA

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia