22 février 2017

Temps de lecture : 1 min

Et vous les communicants, vous faites quoi ?

« Il faut prendre le pouvoir pour le donner aux citoyens, pour pouvoir le rendre aux territoires, là où ça marche… Je crois beaucoup plus à l'intelligence collective qu'à l'intelligence de quelques-uns à Paris… ». Hier matin -devant les membres du Club Edouard VII, dont INfluencia est partenaire- Alexandre Jardin faisait une nouvelle fois un plaidoyer virulent en faveur des « faiseux », c’est-à-dire de ceux qui font.

« Il faut prendre le pouvoir pour le donner aux citoyens, pour pouvoir le rendre aux territoires, là où ça marche… Je crois beaucoup plus à l’intelligence collective qu’à l’intelligence de quelques-uns à Paris… ». Hier matin -devant les membres du Club Edouard VII, dont INfluencia est partenaire- Alexandre Jardin faisait une nouvelle fois un plaidoyer virulent en faveur des « faiseux », c’est-à-dire de ceux qui font.

L’écrivain candidat à la présidentielle, qui fait le tour de notre pays depuis près de quatre ans, le sent bien : la France profonde se sent déconnectée des centres de décision, économiques et politiques. A qui la faute ? Aux politiques et aux technocrates bien sûr. Mais aussi à nous tous. A force de « voter pour le moins pire », nous risquons justement d’arriver au pire dans quelques semaines… Les Etats-Unis nous ont bien montré qu’il ne suffisait pas de faire comme l’autruche et d’enterrer notre tête dans le sable pour imaginer que rien n’allait se produire. « L’élite », les médias et les communicants n’ont rien vu venir outre-Alantique, comme ils n’ont rien vu non plus outre-Manche.

Un fait est certain, la leçon n’est pas entendue en France et le silence de nos communicants et de leurs associations professionnelles -qui savent pourtant bien prendre la parole collectivement pour des causes pro domo- est profond. Il est temps qu’ils se réveillent. Ils ont les moyens, les réseaux, les talents. C’est leur rôle. Mieux encore c’est leur devoir. Vont-ils se manifester enfin ? A quand une grande campagne mettant en garde contre le repli sur soi, contre le rejet des autres ? A quand une grande campagne contre l’abstention ? Le temps est compté et peut-être regretteront-ils dans quelques semaines de ne pas l’avoir fait.

.

Musnik Isabelle

À lire aussi sur le même thème

10/09/2021
Peur sur la ville

Non je ne vais pas vous parler de Bébel, mais de Xavier. Xavier, c’est le nom de ce robot déployé pendant trois…

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia