29 juin 2021

Temps de lecture : 2 min

Les villes les plus stressantes au monde sont…

Vaay, la marque de beauté dont les produits contiennent du CBD, cette substance présente dans le cannabis, vient de publier le palmarès des villes les moins zen de la planète. Paris, sans surprise, figure en queue de peloton.

La pandémie a mis vos nerfs en pelote ? Vous n’arrivez plus à vous habituer au « buzz » citadin après plusieurs mois confinés dans votre appartement ? Vous cherchez une cité calme où passer vos vacances cet été ? Cette étude est faite pour vous.
La start-up berlinoise Sanity Group et sa marque de beauté Vaay qui souhaite devenir le plus important vendeur en Europe de CBD, cette substance présente dans le cannabis qui ne provoque pas d’effet psycho-actif ni de dépendance, vient de publier une étude sur les villes les plus stressantes au monde.

La douceur islandaise…

Ce classement prend en compte quinze facteurs pour déterminer les métropoles les plus zens et celles qui risquent, au contraire, de vous plonger rapidement dans un état de tension permanente. Pollution lumineuse, air pur ou vicié, bruit permanent, météo, embouteillages, densité de population, sécurité, stabilité socio-politique, respect des minorités, taux de chômage, coût de la vie, protection médicale… Après avoir analysé tous ces éléments, les auteurs de cette étude ont défini leur palmarès. Sans surprise, les villes moyennes semblent beaucoup plus relaxantes que les métropoles qui abritent plusieurs millions d’habitants. L’air pur du grand nord et des montagnes est également préférable à la chaleur moite et polluée des mégalopoles tropicales.

La ville la moins stressante au monde serait… Reykjavik

Pour Vaay, la ville la moins stressante au monde serait… Reykjavik. La capitale islandaise, qui abrite à peine 123.000 habitants, est la seule à afficher le taux maximal (100) de ce classement. La capitale suisse, Berne, la suit de près (96,6) tout comme Helsinki en Finlande, Wellington en Nouvelle-Zélande et Melbourne en Australie. Dans ce top 10 figurent trois villes scandinaves et deux cités autrichiennes (Innsbruck à la 8ème place et Graz en 10ème position). Vienne n’est pas loin non plus (13ème). La première ville française est étonnamment… Paris à une bien modeste 62ème position, loin, bien loin d’autres grandes capitales européennes comme Madrid (21ème), Lisbonne (22ème), Bruxelles (31ème), Berlin (36ème) ou Rome (42ème). « Paname » est aujourd’hui encore considérée comme peu sure, coûteuse et embouteillée.

 Il y a pire ailleurs

Un autre classement publié par 24/7 Tempo a cherché à définir les mégapoles à fuir en compilant et en analysant les résultats de plusieurs études globales portant, entre autres, sur la santé, le bien-être financier ou encore le sentiment de bonheur. Là encore, Paris faisait pâle figure.
Notre capitale serait ainsi la 17ème cité la plus stressante au monde devant… Pékin, Miami et Barcelone. Les quais de Seine seraient toutefois nettement plus reposants que les immeubles hongkongais, les townships de Johannesbourg, les ruelles du Caire et d’Athènes ou le souk d’Istanbul qui occupent les cinq premières places de ce triste palmarès.

Néo-ruraux

La pandémie a déclenché des envies de « mise au vert » chez de nombreux citadins. Les « néo-ruraux » qui s’échappent de la ville pour s’installer à la campagne sont de plus en plus nombreux mais ce phénomène reste minoritaire et cantonné aux pays riches et aux personnes capables de travailler à distance. Les lumières de la ville continuent ainsi de faire rêver des millions voire même des milliards de personnes qui cherchent une vie meilleure. Selon une étude des Nations Unies, près de 70% de la population mondiale devrait vivre en zone urbaine d’ici 2050. Alors autant bien choisir là où poser ses valises… Pour les malheureux qui n’ont pas d’autres choix que de vivre à Lagos ou à Bombay, la ville la plus mal notée par Vaay avec le score peu enviable de 1 sur 100, le CBD reste une option…

Therin Frédéric

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia