20 mars 2013

Temps de lecture : 2 min

Vers un marketing du partage de sens

Une fois passée l’énumération de ce que le digital aura changé dans nos vies et de ce qu’il nous réserve dans les années qui viennent, il nous faut aussi repenser nos métiers pour mieux répondre aux aspirations du consommateur mais aussi aux nôtres.

La valeur du sens de nos actions devient alors le levier qui doit nous guider non seulement pour considérer le consommateur comme un être intelligent et libre mais aussi pour nous permettre de nous sentir utile dans un écosystème où marques et consommateurs se côtoient dorénavant d’égal à égal.

Le monde bouge, c’est peu de le dire mais surtout cela n’est pas près de s’arrêter !

Alors oui, nos métiers se doivent maintenant de partager du sens, non pas pour des effets de mode, mais bien pour reconstruire une relation abimée, pour recréer un lien presque perdu et surtout pour retrouver l’envie d’échanger.

Le sens de l’utile

Les nouveaux modes de consommations, quels qu’ils soient, font toujours appel à la recherche d’Utile. Qu’elle soit émotionnelle, aspirationnelle ou fonctionnelle, cette utilité nourrit la relation, l’envie d’acheter et la recommandation à des pairs. Elle s’inscrit désormais dans le quotidien de l’échange et les marques qui réussiront leur mutation sont celles qui sauront faire de l’utilité, sous quelque forme que ce soit, un atout relationnel et fort de sens.

Ainsi lorsque La Poste s’engage sur le « j’aime me simplifier la vie » dans sa nouvelle campagne print, nous sommes bien dans le bénéfice utile sous toutes ses formes (physique, social et digital), ancré concrètement dans la relation du client avec l’enseigne et dont la force du sens s’affirme dès l’accroche.

Le droit à l’émotion

Dans ce partage de sens qui doit désormais nourrir nos réflexions, n’oublions cependant pas de laisser cet espace de liberté que l’on pourrait qualifier d’utile futilité. Celle qui fait que la rationalité n’est pas obligatoirement au rendez-vous mais l’émotion oui. Une émotion partagée, qui magnifie la relation avec le consommateur et qui par bien des aspects pourrait s’apparenter à l’art de par son approche esthétique. Une émotion très joliment transmise par le film Hand Bag by Longchamp, ode au sac de la marque légendaire, musicale et dansée.

Sens de l’utile et droit à l’émotion : voilà pour nous un challenge ambitieux mais tellement motivant pour faire de notre métier un vrai marketing du partage de sens.

Patrick Russo
Chief Brand & Communications Officer, LaSer

Source photo ici

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia