21 septembre 2016

Temps de lecture : 1 min

Vanitas vanitatum et omnia vanitas *

L’un souhaite que les pupitres ne soient pas transparents, l’autre ne veut pas qu'on filme ces pupitres, pour que personne ne voie ses notes, le troisième refuse qu’on filme son arrivée dès la sortie de sa voiture jusqu'à sa loge; Les petites demandes de Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Fillon, et de leurs concurrents, pour le grand débat de TF1 le 13 octobre, rapportées mardi par Le Parisien (**) pourraient faire sourire…

L’un souhaite que les pupitres ne soient pas transparents, l’autre ne veut pas qu’on filme ces pupitres, pour que personne ne voie ses notes, le troisième refuse qu’on filme son arrivée dès la sortie de sa voiture jusqu’à sa loge… Les petites demandes de Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Fillon, et de leurs concurrents, pour le grand débat de TF1 le 13 octobre, rapportées mardi par Le Parisien (**) pourraient faire sourire…

Enfin presque… car une fois de plus la forme l’emporte sur le fond. Chaque candidat à la primaire des Républicains n’aura en effet que quinze minutes pour s’exprimer, car les débats au total ne devront pas dépasser 23h afin de laisser place à la série « New York Section criminelle ». Aucun ne pourra prendre la parole plus d’une minute d’affilée et au bout de 50 secondes, un signal rappellera à l’ordre l’orateur… Difficile dans ces conditions de développer en profondeur les deux grands thèmes abordés : la sécurité et le chômage, et de convaincre ou de faire rêver.

Mieux vaut en effet se battre sur l’opacité des pupitres ou sur l’orientation des lumières… Là, au moins, c’est de la vraie -et influente-  communication politique…

(*) Vanité des vanités, et tout est vanité
(**) Primaire à droite : huit adversaires pour un débat, quel casse-tête !

Musnik Isabelle

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia