25 avril 2017

Temps de lecture : 5 min

TrendsTag : le réseau social d’opinion publique

Puisqu'il n'existe encore aucune plateforme sociale dédiée au partage d’avis et d’opinions, deux Français ont lancé TrendsTag. Son but ? Donner la parole à l’opinion publique et aux consommateurs, une tendance politico-sociale qui a marqué la campagne électorale.

Puisqu’il n’existe encore aucune plateforme sociale dédiée au partage d’avis et d’opinion, deux Français ont lancéTrendsTag. Son but ? Donner la parole à l’opinion publique et aux consommateurs, une tendance politico-sociale qui a marqué la campagne électorale.

Redonner la voix aux citoyens, quasiment tous les candidats à l’élection présidentielle ont brandi ce retour aux sources démocratiques pendant la campagne du premier tour. Les odes au peuple se sont multipliées et la plèbe a fini par trancher dans les urnes. Mais puisque pour les marques, avis et opinion sont moins essentiels dans l’isoloir que sur la Toile, une application 100% française, TrendsTag, permet à tout le monde de donner son avis en découvrant ce que le monde pense de n’importe quel sujet. « Les sites d’avis sont précis mais comparativement à leur nombre de visiteurs, peu de monde y dépose des avis car la procédure est trop souvent fastidieuse. Les réseaux sociaux ne permettent pas de savoir ce que le monde pense. TrendsTag va rendre le dépôt d’avis simple, cool et l’opinion publique mesurable », nous explique Charles Thiery, co-fondateur.

Depuis son lancement en septembre dernier, l’application compte 25 000 téléchargements et près de 7500 utilisateurs actifs par mois. Elle regroupe aujourd’hui 1 700 000 votes répartis sur plus de 7 700 sujets. Si pour l’instant, TrendsTag est encore un prototype, puisque qu’une bonne partie de la couche sociale reste à implémenter (suivre ses amis, fil d’actualité, partage de contenu etc…), la plateforme a pour objectif de révolutionner les sondages et les sites d’avis en devenant le premier réseau social d’opinion au monde. Rien que cela. L’ambition et le sujet interpellent, INfluencia a voulu en savoir plus. Entretien avec Charles Thiery.

INfluencia : premièrement, qu’est-ce ce qui vous différencie de YouGov, dans l’ambition, la techno, le modèle économique ?

Charles Thiery : YouGov est une entreprise d’études en ligne proposant à ses utilisateurs de répondre à des enquêtes, moyennant rémunération. TrendsTag n’est pas une entreprise d’études mais un réseau social dédié au partage d’opinion. Comme Facebook ou Twitter, TrendsTag ne rémunère pas ses utilisateurs. Le principe de TrendsTag est de partager son opinion et d’interagir avec la communauté sur n’importe quel type de sujet : personnalité publique, sujet de société, produit, service etc… Sur le modèle économique, on pense instinctivement que Trendstag revendra les opinions de ses utilisateurs, or c’est tout le contraire, nos données « anonymisées » seront gratuites et en libre accès. Notre modèle économique est simple, nous avons déjà des avis pertinents sur des milliers de sujets. L’objectif est que vous puissiez demain acheter une place de cinéma, commander un produit ou même réserver un restaurant directement depuis l’application. Comme tout réseau social, notre logique d’expansion se pense par langue. Lorsque vous couvrez les 8 langues les plus parlées sur internet, vous touchez plus de 100 pays et 82% du pouvoir d’achat mondial. Notre ambition est de devenir d’ici 2022 la plateforme de référence du partage d’avis et d’opinions.

IN : pourquoi vouloir donner la parole à l’opinion publique, qui possède déjà les réseaux sociaux, si ce n’est pour monétiser les données qu’elle partage ?

C.T. : comme expliqué précédemment, notre business model n’est pas dans la revente de data. Facebook et Twitter sont les principales plateformes de partage d’opinions et d’avis, pourtant elles ne vous permettent pas de facilement savoir quel film voir au cinéma en ce moment ou si les Français sont favorables à la légalisation du cannabis. TrendsTag est conçu pour vous présenter de façon précise ce que les gens pensent sur n’importe quel sujet.

IN : qu’est-ce que l’utilisateur gagne à faire connaître son opinion et cette course à la donnée d’opinions, n’est-elle pas pernicieuse à moyen terme ?

C.T. : dans le monde, partager son opinion est la 5ème raison d’utiliser un réseau social devant le partage de photos et de vidéos, selon le Global Web Index. Nos utilisateurs viennent sur TrendsTag pour défendre leurs convictions, dire ce qu’ils aiment ou n’aiment pas. Les utilisateurs nous disent tous qu’ils ont à coeur que l’application soit plus connue afin qu’elle ait un véritable impact sur la société.

IN : vous garantissez des sondages fiables et impartiaux. Comment ? Est-ce une réponse à la polémique sur les manquements des résultats des instituts de sondage classiques ?

C.T. : pour représenter l’opinion publique, TrendsTag s’appuie sur les principes de l’intelligence collective. L’intelligence collective permet par exemple d’évaluer avec une marge d’erreur de 0,1% le nombre exact de bonbons que contient un vase transparent. Même si TrendsTag est encore un prototype avec une petite communauté, l’application tire d’ores et déjà profit de l’intelligence collective de ses utilisateurs. Pour exemple : les utilisateurs de TrendsTag ont placé 7 jours à l’avance François Fillon vainqueur de la primaire de la droite; 20 minutes avant le résultat officiel, Miss France et sa première dauphine; 21 jours à l’avance, Benoît Hamon vainqueur de la primaire de la gauche. Concernant la Présidentielle en cours, je vous invite à voir l’évolution au 19 avril de la côte de popularité des candidats à la Présidentielle auprès de nos utilisateurs. Plus TrendsTag acquiert d’utilisateurs aux profils variés, plus notre solution est fiable.

IN : le système Up and Down est une particularité de votre application, mais en quoi consiste-t-il exactement ?

C.T. : le Up et le Down sont les marques de fabrique de TrendsTag, en effet. En téléchargeant l’appli vous verrez qu’elle pose aucune question, vous mettez tout simplement des Up et des Down aux sujets que vous découvrez en ligne. Un Up fait monter la cote de popularité du sujet, un Down l’a fait baisser. Par exemple, sur TrendsTag Norman a 76,12% de points de popularité, Apple 93,27%, le droit de grève 79,9%, etc… Vous pouvez voter une fois toutes les 24 heures sur un même sujet. Cette simplicité de collecte d’opinion a permis à TrendsTag de collecter 1,8 millions d’opinions en 7 mois. Cette force de frappe nous mettra à terme en concurrence directe avec les sites d’avis dont l’usage est vieillissant. Pour se rendre compte de la puissance de notre concept, il suffirait que TrendsTag ait 30 000 utilisateurs actifs par mois pour collecter autant de votes sur les films à l’affiche qu’Allociné, qui a 12 millions de visiteurs uniques par mois.

IN : vous devez penser qu’il y a encore de la place pour une nouvelle communauté sur votre marché, mais comment l’imaginez-vous ?

C.T. : nous en sommes persuadés. Partager son opinion, son avis est un réel usage qui est pour le moment mal exploité. Nos utilisateurs l’ont bien compris et considèrent TrendsTag comme un véritable réseau social bien différent de ce qu’ils utilisent déjà. Les avis et notre note sur l’App Store (4,8/5) en témoignent. Si nous regardons parmi les 10 raisons d’utiliser un réseau social dans le monde, nous constatons qu’à chaque raison correspond la proposition de valeur d’un grand réseau social : Snapchat, Instagram etc… Pour le partage d’avis et d’opinions, il n’y a aucun réseau social dédié à cet usage. C’est là que TrendsTag se positionne.

 

Adler Benjamin

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia