14 mars 2018

Temps de lecture : 1 min

« Le travail, c’est la santé. Ne rien faire, c’est la conserver »*

C’est peut-être l’un des grands paradoxes de notre société : jamais dans l’histoire de l’humanité nous n’avons eu autant de temps libre à notre disposition. Quand nous avons fini de dormir et de travailler, il nous reste environ 400 000 heures pour vivre (4 fois plus qu’il y a un siècle), rappelle le sociologue Jean Viard. Et pourtant, jamais nous n’avons autant éprouvé cette sensation d’être toujours en manque de temps.

C’est peut-être l’un des grands paradoxes de notre société : jamais dans l’histoire de l’humanité nous n’avons eu autant de temps libre à notre disposition. Quand nous avons fini de dormir et de travailler, il nous reste environ 400 000 heures pour vivre (4 fois plus qu’il y a un siècle), rappelle le sociologue Jean Viard. Et pourtant, jamais nous n’avons autant éprouvé cette sensation d’être toujours en manque de temps.

65 % des Français estiment ainsi ne pas prendre assez de temps pour eux chaque jour du fait de la pression de la vie moderne (58 %) révèle une étude One Poll réalisée pour la marque de thé Fuze Tea. Près d’une heure en plus (58 minutes) serait l’occasion rêvée de se détendre davantage (76%), de réfléchir (43%), de plus penser aux autres (24%) et  » de prendre conscience de ses agissements  » (21%).

Cependant, seuls 17% de nos compatriotes  affirment  » arriver à ne rien faire « , selon l’étude. Le paysan-philosophe et pionnier de l’agriculture écologique en France, Pierre Rabhi aime à répéter : « L’être humain a véritablement besoin de vie et de temps pour ne rien faire. Nous sommes dans une pathologie du travail, où toute personne qui ne fait rien est forcément un fainéant ».

C’est une erreur que commettent nos civilisations occidentales qui ont pris l’habitude d’aller toujours plus vite et plus loin. Or prendre du temps et s’arrêter pour rêver est aussi un facteur de créativité. Et nous l’avons certainement oublié.

* merci pour cette pensée si profonde, au grand « philosophe », Henri Salvador…

Musnik Isabelle

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia