20 avril 2020

Temps de lecture : 3 min

Tous confinés et en ligne !

Le confinement profite à certains spécialistes du commerce en ligne alors que d’autres sont à l’arrêt. Qui sont les gagnants et les perdants de la crise actuelle ? INfluencia éclaire votre lanterne…

Le confinement profite à certains spécialistes du commerce en ligne alors que d’autres sont à l’arrêt. Qui sont les gagnants et les perdants de la crise actuelle ? INfluencia éclaire votre lanterne…

Dans toute crise, il y a des perdants et des gagnants. La période actuelle ne dérogera pas à cette règle. La propagation inattendue et rapide du coronavirus en Europe a eu un impact énorme sur le marché du e-commerce. « Au tout début du confinement, la panique a été générale, souligne Jeremie Politi, le fondateur de SmartWeb Group, une agence spécialisée en référencement SEO sur Google. Personne ne se doutait qu’une telle mesure serait prise en France et aucune entreprise ne s’y était préparée. Le covid-19 est arrivé rapidement et brutalement dans notre pays. » Rapidement, les acteurs présents dans le commerce en ligne ont compris qu’ils n’allaient pas être touchés de la même manière par la « mise sous cloche » de notre nation.

Certains secteurs ont subi un coup d’arrêt brutal de leurs activités. Les restaurateurs, les hôteliers, les voyagistes et les sociétés spécialisées dans les voyages, l’événementiel ou l’immobilier n’ont plus eu le droit de travailler du jour au lendemain. D’autres marchés ont toutefois profité de la situation actuelle.

Streaming, sextoys et livraisons en hausse

Beaucoup d’entre nous sont devenus de véritables « couch potatoes » pour le plus grand plaisir des plateformes de streaming. Un américain sur cinq s’est abonné à Netflix et autres Prime Video depuis le début de la pandémie. Le temps passé à visionner des séries et des films a bondi de 27% en quatre semaines. En cinq mois, Disney + a déjà séduit plus de 50 millions d’abonnés. Le groupe devrait atteindre ses objectifs avec quatre ans d’avance ! Les jeux vidéo en ligne connaissent aussi un franc succès. Steam a battu, le 19 mars, son record historique lorsque plus de 20,6 millions de personnes se sont connectées en même temps pour jouer sur sa plateforme. La fermeture des restaurants a également boosté les revenus des applications de livraison de repas. Uber Eats et Deliveroo ont même profité de la période actuelle pour s’associer avec Casino et Carrefour afin de livrer des courses chez les particuliers. Les pharmacies en ligne sont, elles aussi, de plus en plus populaires. Pour redonner un peu de sel dans notre vie de plus en plus fade et une certaine dose d’originalité dans ce monde tristounet, les internautes découvrent les « plaisirs » des sexshops en ligne. Les ventes de jouets sexuels explosent. Womanizer, la marque spécialisée dans les vibromasseurs clitoridiens, a vu ses revenus dépasser de plus de 50% ses prévisions pour 2020. Les Canadiens (+135%), les Américains (+75%), les Hongkongais (+71%) et les Italiens (+60%) semblent toutefois nettement plus enclins à « vibrer » que les Français (+40%). Allez comprendre…

Des opportunités en or

« Les formations en ligne marchent bien également, constate Jeremie Politi. Les gens passent leur temps libre imposé par le confinement pour suivre des cours sur la Toile». Les applications de sport pour garder la ligne profitent de la fermeture des salles de sport. Le choix dans ce domaine est très vaste. La peur du chômage et des lendemains difficiles encouragent enfin de nombreux particuliers à faire le point sur l’état de leurs finances personnelles. « Ils analysent actuellement leurs dépenses et leurs investissements afin de pouvoir renégocier leurs contrats et leurs crédits avec leurs assureurs et leurs banques dès la réouverture des agences », assure le fondateur de SmartWeb Group.

L’écologie ne sera pas oubliée

La fin du confinement pourrait représenter une belle opportunité pour certains marchés. Les salles de sport, les coaches particuliers et les spécialistes des régimes devraient avoir pas mal de travail lorsque les consommateurs voudront perdre les bourrelets qu’ils ont accumulé coincés à leur domicile. Les parcs de loisir, les spectacles vivants, les théâtres et les cinémas pourront aussi retrouver leur public lorsque les gens seront définitivement rassurés. Le traumatisme déclenché par le confinement risque aussi de booster les ventes de produits locaux. La mondialisation est considérée comme une des principales causes de la pandémie actuelle. Acheter des articles et des aliments fabriqués et cultivés près de chez soi deviendra logique. « La crise va également développer une véritable prise de conscience sur l’écologie », juge Jeremie Politi. Comme quoi dans toute crise, il est toujours possible de trouver du bon…

Therin Frédéric

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia