28 mars 2012

Temps de lecture : 1 min

La Timeline de Facebook porte-parole de The Economist

Le nouveau visage du roi des réseaux a surtout été pensé pour le marketing et la publicité. L’outil reforge de possibilités d’interaction avec l’internaute-consommateur. Le magazine «The Economist» montre l’exemple.

Comment intégrer ses fans et jouer avec eux sur sa Timeline? Demandez à «The Economist». L’hebdomadaire britannique d’économie et de relations internationales a atteint la barre symbolique du million de fans sur le plus grand réseau social du monde. Pour un média pas vraiment grand public, la performance est louable et méritait bien une campagne interactive.

Relayé sur le groupe Linkedin du magazine, son principe est simplissime, mais efficace: «Et vous, The Economist vous le lisez comment?» Chaque fan est invité à partager l’intimité de son moment de lecture, que ce soit en print, sur sa tablette, son ordinateur ou son smartphone, à le raconter et si possible le photographier.

Il s’agit ici de mettre en valeur les atouts pratiques et ludiques de la consommation d’un journal par l’intermédiaire de ses lecteurs. La recette n’est pas nouvelle, loin de là. Le support sur lequel elle repose lui, l’est.

Chaque fan peut ainsi poster une photo illustrant sa façon de lire. A l’instar d’un lecteur flottant allongé dans l’eau, tout seul dans la mer, les images les plus originales ont les meilleures chances d’être plébiscitées par une communauté forte d’un million de curieux. Les plus aimées seront intégrées dans la Timeline de l’hebdomadaire.

Sans révolution ni première ni jamais vu, The Economist a quand même trouvé une manière intelligente de mettre en valeur le rôle et l’importance de ses lecteurs dans son histoire.

Benjamin Adler

Rubrique réalisée en partenariat avec ETO

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia