3 octobre 2012

Temps de lecture : 1 min

Le tic tac de l’obélisque

Afin d’informer la population de Buenos Aires des dangers du cholestérol pour le cœur et des bienfaits de son yaourt à boire, Vidacol (Danone) teinte de rouge le grand obélisque et fait battre le cœur de la ville en rythme avec celui de ses habitants.

En Argentine 40% de la population ignore les dangers que représente un taux trop élevé de cholestérol. Pour remédier à la fois à ce problème de santé publique et vanter les bienfaits de son yaourt à boire anti-cholestérol Vidacol, Danone a imaginé et mis en place avec l’agence +Castro, un dispositif d’ambient à grande échelle dans la capitale argentine : « Corazones Conectados » (« cœurs connectés »).

Soutenue par la ville de Buenos Aires et la Fundacion Cardiologica Argentina, cette opération a récolté, courant le mois de septembre, les battements de cœur de milliers de volontaires dans des stands éphémères aux couleurs de la marque. Pour cela, des tablettes ont enregistré les battements lorsque la personne posait sa main dessus.

Le portrait de chaque participant a ensuite immortalisé avec ses données personnelles. 19 664 battements ont ainsi été récoltés pour faire battre le cœur de la capitale : le grand obélisque de la gigantesque avenue  9 de Julio.

Alors teinté de rouge, et battant au rythme du cœur de chaque donneur dont la photo a été diffusée sur la façade, le monument a offert aux passants un spectacle impossible à rater. En se rendant sur le site web dédié, tous ont pu suivre l’évènement en direct, et partager ses secondes de « vie » sur les réseaux sociaux.

Le grand obélisque battant en rythme avec celui des gens : un dispositif étonnant que les médias nationaux ont relayé de façon à favoriser la prise de conscience de la population sur ce sujet d’importance encore trop méconnu.

Et pour que le dispositif soit un levier réel à la prise de conscience du grand public, chaque don a permis à une personne de recevoir un test gratuit pour mesurer son taux de cholestérol dans les stands médicaux éphémères de rue, prévus à cet effet et financés par le gouvernement.

Un dispositif fortement relayé (157 parutions media pour 38,9 millions de personnes atteintes) qui prouve une fois de plus qu’aujourd’hui une marque n’est vraiment gagnante aux yeux de son public que lorsqu’elle lui montre qu’elle agit pour lui et l’implique dans ses actions.

Lucie Freulon
Rubrique réalisée en partenariat avec Mediapost Publicité

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia