9 octobre 2013

Temps de lecture : 2 min

Ten N°10 by Fotolia : « Portrait d’une parfaite inconnue »

La saison 2 de Ten, qui réunit un casting d’artistes numériques internationaux, touche bientôt à sa fin. En octobre, Fotolia présente l’avant-dernier artiste, le célèbre designer italien Alberto Seveso. Sa création inédite, « Portrait d’une parfaite inconnue » sera téléchargeable gratuitement au format PSD pendant 24 h, le jeudi 10 octobre sur tenbyfotolia.com.

Designer en Sardaigne, Alberto Seveso est un artiste autodidacte. Après un passage dans une école hôtelière où il apprend « l’art de la cuisine », il expérimente et développe son talent artistique, dans les années 90, en combinant ses deux passions : l’art digital et la photographie. Un mariage entre réel et numérique qui lui a valu la notoriété et la reconnaissance de ses pairs.

Depuis, cet artiste complet s’est forgé un univers graphique très personnel autour du corps humain. Il exploite et suggère la sensualité des formes, en découpant des photos de visages ou de corps qu’il mêle à des motifs vectoriels. Ce rendu déstructuré a contribué à faire éclore tout un courant graphique basé sur la « dispersion » dont il est aujourd’hui le chef de file.

Visuellement, l’effet provoqué est déroutant et captivant. Le mélange des couleurs et la clarté des détails sont autant de stimulation qu’il convient de détailler avec calme. Véritable feu d’artifice, l’oeuvre de l’artiste semble nous provoquer avec son jeu de regard profond.

Un envoutant portrait

Pour Ten, Alberto Seveso s’est montré fidèle à son art et à son style. L’artiste italien a d’abord choisi dans le catalogue Fotolia un beau portrait de femme prise de trois-quarts « pour souligner la profondeur » ainsi que des textures d’aquarelle « pour garder un ton naturel », mixées à des formes vectorielles. Une alchimie des genres qui confère à l’œuvre douceur, sensualité et une certaine mélancolie. Comme envouté, le spectateur ne peut détacher son regard de cette « parfaite inconnue » et de la mosaïque d’éléments et de couleurs qui la compose (liste des visuels Fotolia utilisés ici).

Déconstruire pour reconstruire

Pour obtenir un tel résultat, l’artiste italien ne laisse rien au hasard. « La technique n’est pas la plus importante, la clé est de placer correctement les éléments dans la composition de l’image en se focalisant particulièrement sur la région des yeux et de la bouche, berceaux des émotions. »

La texture, les courbes, les formes, les jeux de lumières… tout est harmonieusement pensé pour un rendu des plus naturels. « Une fois les différents composants de mon œuvre assemblés, je me concentre sur l’ombre et la lumière. Je n’aime pas les saturations de couleurs alors j’essaie de conserver des tons purs. Pour les cheveux, j’utilise une technique personnelle : les formes de Wireframe et leur application de distorsion pour donner un sentiment naturel de mouvement ».

Ainsi déstructurée, l’œuvre d’Alberto Seveso compose un tout fascinant et enchanteur qui laisse libre cours à l’interprétation du spectateur. « Chacun devrait être libre de voir ce qu’il veut dans ce je fais, au même titre que l’interprétation de la forme des nuages », conclut l’artiste.

Pour retrouver l’univers de l’artiste et prendre part à ce voyage, c’est ici.

La rédaction

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia