7 septembre 2016

Temps de lecture : 1 min

Le temps de prendre… le temps

« Beaucoup de nos confrères ont couvert le Brexit comme si c’était un match de football ». Cette réflexion d’Alan Hunter, responsable du digital du Times, résume bien ce qu’est cette « dictature de l’instant » si néfaste à notre société et à nos médias, thème des Journées de l’UDECAM ce mardi.

« Beaucoup de nos confrères ont couvert le Brexit comme si c’était un match de football ». Cette réflexion d’Alan Hunter, responsable du digital du Times, résume bien ce qu’est cette « dictature de l’instant » si néfaste à notre société et à nos médias, thème des Journées de l’UDECAM ce mardi.

Depuis le lancement d’INfluencia, il y a maintenant 12 ans, nous n’avons eu de cesse de répéter haut et fort notre obsession de réfléchir, d’avoir une vraie ligne éditoriale, de ne pas faire de copié-collé, de vérifier les informations, de les hiérarchiser et de les analyser, encore et toujours.

Il y a quelques jours nous mettions en évidence une récente étude menée par The Economist Group, en partenariat avec Hill + Knowlton Strategies. La conclusion était édifiante : trois cadres sur cinq procèdent à une sélection drastique face à une avalanche de contenus. La quantité n’est pas la qualité. Notre travail chez INfluencia est justement de faire le bon choix. Ce qui demande un énorme travail et une rigueur que nous revendiquons.

« Vous les Occidentaux, vous avez l’heure mais vous n’avez jamais le temps », cette citation de Gandhi, rapportée par Maurice Levy, p-dg de Publicis Groupe, lors des Journées de l’UDECAM est certainement à méditer. Alors prenons le temps de… prendre le temps.

Musnik Isabelle

À lire aussi sur le même thème

10/09/2021
Peur sur la ville

Non je ne vais pas vous parler de Bébel, mais de Xavier. Xavier, c’est le nom de ce robot déployé pendant trois…

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia