10 mars 2021

Temps de lecture : 3 min

Tandem, la start-up qui veut mettre les entreprises au vélo!

La start-up Tandem propose aux entreprises des contrats de location de vélos électriques à partir de 45€ HT/mois. A vos pédales…

La berline confortable ? Ringarde… Le coupé sportif ? Beaucoup trop m’as-tu-vu et horriblement polluant… L’utilitaire ? Pas toujours pratique et certainement pas sexy… Et si le véhicule de fonction idéal n’était pas en réalité le… vélo ? La start-up Tandem propose aux entreprises depuis le mois de juin 2020 des abonnements mensuels pour fournir à leurs salariés des bicyclettes électriques. Vélos urbains, connectés, pliants, cargos, traditionnels ou tout chemin : la gamme proposée est large.
La micro-mobilité est à la mode. Les ventes de trottinettes électriques ont progressé en 2019 de 74% en valeur et de 105% en volume, avec 478.800 unités vendues pour 191 millions d’euros de chiffre d’affaires, selon le baromètre de la Fédération des professionnels de la micromobilité (FPMM) et Smart Mobility Lab. La crise sanitaire a encore accéléré cette croissance. En 2020, les ventes de vélos ont explosé. La pénurie guetterait même ce marché. Ce boom n’en est qu’à ses débuts.

 Un vélo pour le prix d’une carte Navigo

42% des trajets domicile-travail de moins d’un kilomètre se font aujourd’hui encore en… voiture. Cette proportion atteint même 60% pour les déplacements de moins de dix kilomètres. « Nous ciblons ces courts trajets, reconnaît Arthur de Jerphanion, le co-fondateur de Tandem. Nous ne sommes pas anti-voiture mais de nos jours, nous devons être pragmatiques et changer nos habitudes et nous pensons offrir une alternative intéressante. » En passant de la voiture au vélo pour aller au boulot, nous pourrions économiser 700 kg de CO2 par an. La pédale nous fait aussi gagner du temps. 45% des Français estiment subir régulièrement des retards dans les transports mais aux heures de pointe, la petite reine est en moyenne 20% plus rapide que la voiture. Passer des transports en commun au vélo, augmenterait même notre productivité de 6% à 9%. Les formules proposées par Tandem sont très flexibles. Pour le même prix qu’une carte Navigo, le salarié bénéficie d’un vélo électrique haut de gamme de fabrication française, d’un antivol, d’un casque connecté et d’une assurance contre le vol et la casse. Deux fois par an, un technicien vient même effectuer au domicile de l’employé ou dans son entreprise un entretien régulier du vélo.

Un bon antivol en U

La start-up affirme ne pas trop souffrir de problèmes de vol. « Nous fournissons des antivols en U qui ne peuvent être sectionnés qu’à la scie électrique et nous formons nos clients à bien attacher leur vélo car les statistiques montrent que 80% des modèles dérobés ont été mal sécurisés », précise Arthur de Jerphanion. Les problèmes de stationnement sont un autre souci majeur. Au cœur des grandes métropoles, beaucoup de travailleurs n’ont pas d’espace pour stocker un vélo dans leur immeuble et de nombreux bureaux ne disposent pas de lieux pour le deux-roues. « De plus en plus de municipalités installent des aires de stationnement dans leur centre-ville et de nombreuses entreprises ont des places de parking qu’elles n’utilisent pas or il est possible de garer cinq à huit vélos sur un espace imaginé pour une automobile », calcule le co-fondateur de Tandem qui vient de fêter ses 30 ans tout comme son associé Nicolas Delcourt.

Vivement la fin du Covid

Un peu plus de six mois après son lancement, la jeune pousse a déjà loué une petite centaine de vélos auprès d’une quinzaine de clients basés à Paris, Lille, Strasbourg, Lyon et Bordeaux. Le second confinement a retardé la signature de plusieurs contrats avec des grosses entreprises qui attendent la fin de la crise sanitaire pour savoir combien de leurs salariés vont retourner régulièrement au bureau. « Notre objectif est de louer 700 vélos en 2022 et 1200 l’année suivante, prédit Arthur de Jerphanion qui a travaillé dans l’agroalimentaire avant de se lancer dans l’entrepreneuriat. Notre marge de croissance est importante. En France, le vélo ne représente que 3% des trajets domicile-travail. Cette proportion atteint 15% en Allemagne, 25% au Pays-Bas et 30% au Danemark. » L’absence de pistes cyclables sécurisées et l’imprudence des automobilistes qui rend si dangereuse la pratique du deux-roues en ville ne devrait pas permettre à notre pays de rattraper son retard sur certains de ses voisins. Mais il ne fait aucun doute que de plus en plus de salariés ne veulent plus, pour aller au travail, prendre leur voiture pour des raisons écologiques ou le métro pour des motifs sanitaires. La bonne vieille bicyclette a donc un bel avenir devant elle. Les fondateurs de Tandem l’espèrent tout du moins…

Therin Frédéric

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia