31 août 2011

Temps de lecture : 2 min

Surfaces tactiles: «Touch me, I want to feel your product»

Téléphones, tablettes, écrans, PLV, ou encore vitrines, les surfaces tactiles s'insinuent dans notre quotidien. Et contrairement à ce que pourrait laisser penser le phénomène qu’elle représente actuellement, cette technologie interactive de demain ne date pas d’aujourd’hui...

Retour vers le futur :

·   1972: IBM crée le PLATO IV, le premier ordinateur à écran tactile.
·   1984: Bell invente  le premier écran « multi-touch ».
·   1996: Palm lance le premier PDA, le Palm Pilot.
·   2007: Apple met sur le marché le premier modèle de l’iPhone.

Autrefois réservée aux ancêtres des «geeks», cette technologie s’est aujourd’hui largement démocratisée, notamment grâce à Apple. Avec son iPhone et son iPad, la «marque à la pomme» a bouleversé l’univers du tactile en y mêlant à la fois design, simplicité et technologie. Mais si le succès d’Apple grâce à l’iPhone est évident, les utilisateurs sont-ils prêts à recevoir du «tactile» à toutes les sauces?…

Une étude, reprise par HP en 2009, sur l’adoption des technologies tactiles en France, démontre une grande maturité des Français face à ce type d’interfaces (source de l’étude). D’ailleurs, 70 % déclarent que «les interfaces tactiles donnent le sentiment de mieux maîtriser la technologie». Il y a donc là un intérêt certain, pour les marques, à développer des solutions tactiles innovantes.

Plus ça touche, plus ça buzze!

Industriels, annonceurs et acteurs de la communication ne s’y trompent pas, puisque tous utilisent le tactile pour… toucher leurs consommateurs. Ainsi, les voitures (MyFord™), mais aussi les cafetières (Solac), se sont laissé effleurer par le phénomène. Et les campagnes de communication se multiplient.

+        Adidas propose en magasin l’accès à son catalogue de chaussures de foot, sur un mur interactif.
+       L’Office du Tourisme du Canada s’offre une vitrine tactile.
+       Peugeot équipe ses concessions de bornes interactives.

La vente au toucher

Si le tactile a envahi le secteur de la communication, cette technologie vient aussi enrichir les métiers de la vente. Quel discours est plus efficace que l’expérience «produit» ? Le tactile permet une prise en main interactive et dynamique, créant une nouvelle relation entre le vendeur et son client, comme le démontre Microsoft avec sa Surface 2.

Désormais, la PLV interagit avec le client. Et lui, il adore ça. Pour en savoir plus sur l’utilisation des tablettes dans les milieux professionnels, reportez-vous au Special report de l’institut Gartner, et plus particulièrement l’article Seize the iPad opportunity now.

Tactiques tactiles pour le succès

On l’a dit, les consommateurs sont très réceptifs à la technologie tactile, interface naturelle qui exige la plus grande fluidité dans l’interaction avec la machine. Voici les ingrédients incontournables d’une interface optimale:

1 – La rapidité de réponse.
2 – Le design adapté à la taille de l’élément qui commande : le doigt.
3 – La simplicité d’une interface claire et épurée.
4 – L’accessibilité pour tous, droitiers, gauchers ou malvoyants.
5 – Les couleurs claires pour limiter les reflets et traces de doigts.

Parlons techno

Outre la qualité d’affichage qui doit s’adapter à l’utilisation, beaucoup de technologies sont disponibles. Reste à choisir la bonne, en fonction de sa problématique.
• Le résistif: une technologie peu onéreuse et très résistante.
• Le capacitif: une technologie précise, qui dégrade peu la qualité de l’écran.
• L’optique: une technologie très solide et parfaitement adaptée aux lieux publics.
• L’infrarouge: adapté aux communications sur mur, table ou vitrine.

Touche moi. Ou pas.

Les technologies tactiles sont en mouvement perpétuel et  donc vouées à se transformer. Ainsi, après l’ère du «Touch» (tactile), celle du «Touch-less» (sans contact) fait ses débuts. L’arrivée de Microsoft Kinect en 2010 a complètement changé l’interface avec la console de jeu.
Ce nouveau type de périphériques ouvre d’autres perspectives et une façon d’interagir différente avec l’utilisateur, friand d’expériences alternatives. Cette technologie a d’ailleurs naturellement trouvé une application pour les vitrines interactives et devrait rapidement inspirer un grand nombre de marques, à l’instar de Repetto.

 Via son MRMLab, MRM Paris propose un showroom pour découvrir, tester et conseiller ses clients sur l’utilisation des technologies tactiles sur smartphones, tablettes, écrans et autres murs interactifs.

Ce showroom est également le lieu de découverte des réalisations faites pour les clients. Le Lab a notamment imaginé une surface tactile conçue à partir de résistances, diodes et plexiglas.

Tactile, quand tu nous tiens…

Jocelyne Kauffmann, DG MRM Paris

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia