3 mars 2015

Temps de lecture : 1 min

Superman et ses pouvoirs en TOC !

Et si Superman souffrait de trouble obsessionnel compulsif ? Pour sensibiliser les internautes face à cette pathologie, la chaîne You Tube " Animation Domination High-Def " et la fondation iocdf ont imaginé le quotidien d’un super-héros touché par des TOC. Drôle et pédagogique.

Et si Superman souffrait de trouble obsessionnel compulsif ? Pour sensibiliser les internautes face à cette pathologie, la chaîne You Tube  » Animation Domination High-Def  » et la fondation iocdf ont imaginé le quotidien d’un super-héros touché par des TOC. Drôle et pédagogique.

Il y a quelques années, le photographe français François Béchet s’amusait à mettre en scène la déchéance de personnages iconiques dans l’imaginaire collectif. Spiderman en laveur de carreaux, Batman en pompiste, Minnie en « technicienne de surface » et même pire, Blanche Neige tapinant sous un pont… Si détourner ces personnages comporte un côté jouissif et sadique, certaines caricatures peuvent avoir d’autres vertus, comme la prévention et l’information. C’est le cas de la vidéo « OCD Superman », où Clark Kent est atteint de TOC alors qu’il doit mener en parallèle sa mission de sauveur de l’humanité. Pas évident.

Se laver les mains 10 fois de suite, ne pas pouvoir arrêter un missile nucléaire à cause d’une hygiène maladive, mettre des heures à plier soigneusement son costume avant de partir en mission, vérifier de manière incessante que la lumière d’un bâtiment en flamme est bien éteinte… Si Superman était atteint de TOC, nul doute que l’homme au collant serait sérieusement handicapé dans sa lutte contre le crime. En jouant la carte de l’humour et en dégommant le mythe du super héros, la chaine de dessin animé Animation Domination High-Def et la fondation iocdf mettent en lumière une maladie qui touche environ 2 % de la population en France.

De plus, elles ne se contentent pas de souligner la difficulté pour une personne « lambda » de mener sa vie sans contrainte, elles en profitent pour inviter tous ceux qui sont atteints de ce syndrome et leur entourage à s’informer ou à partager leur expérience. Et ça marche, car avec pas loin de 80 000 vues depuis le 2 mars et quelque 560 000 abonnés sur la plate-forme, le format inattendu profite aux deux partenaires pour mener à bien cette campagne de sensibilisation.

Espinosa Eric

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia